L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Lundi 22 juillet 2019
  
 
     
Le Livre
Bande dessinée  ->  
Comics
Manga
Historique
Réaliste
Fantastique
Science-fiction
Policier - Thriller
Aventure
Humour
Adaptation
Jeunesse
Les grands classiques
Chroniques - Autobiographie
Revues, essais & documents
Entretiens
Illustrations, graphisme et dessins d’humour
Autre

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Bande dessinée  ->  Manga  
 

Inventer l’inconnu
Sanpei Shirato   Kamui-Den (vol.1)
Dargaud/Kana - Sensei 2010 /  29,00 € - 189.95 ffr. / 1486 pages
ISBN : 978-2-505-00897-2
FORMAT : 15x21 cm
Imprimer

Il en va pour les mangas comme pour les œuvres classiques : certains sont inévitables pour appréhender toute la richesse et la diversité de cet art, et pour en comprendre son évolution. Kamui-den fait partie de cette élite et se veut un appel à peine masqué à l’insoumission et à la méfiance envers les puissants.

Nous sommes à l’époque d’Edo et la société nipponne repose sur un système féodal inique et ségrégationniste qui s’appuie sur l’organisation de castes n’étant jamais appelées à se mêler : « Les dirigeants ont mis au point des politiques discriminatoires et ont légalisé la classification des individus afin de conserver leurs avantages. La discrimination rend les gens hostiles les uns aux autres, les fractionne et permet de soutenir les droits des dirigeants qui essaient d’aller à l’encontre de l’Histoire. » (p.200). Cette division pour mieux régner offre ainsi une vision moins glamour de cette époque que celle généralement véhiculée par les mangas : les samouraïs n’y sont pas honorables, les seigneurs se montrent cruels et impitoyables, et même les plus démunis trouvent encore la force de se haïr entre eux au lieu d’allier leurs forces.

Sanpei Shirato réalise donc au travers de cette fable une critique virulente des sociétés humaines en général, toutes fondées sur l’asservissement d’une partie de leur population. Une fois ce constat fait, l’auteur amène intelligemment son lecteur à appréhender le fond de sa pensée, la dévoilant pas à pas comme pour ne pas nous effrayer. Cette manœuvre habile permet ainsi à Shirato de délivrer un discours subversif qui n’est rien moins qu’un véritable appel à la rébellion. Car deux castes subsistent toujours dans notre monde moderne, semble nous dire le mangaka : celles des pauvres et des riches.
Et d’en appeler à un projet utopiste qui mettrait les hommes sur un pied d’égalité et gommerait leur différence de traitement quels qu’ils soient, tout en faisant preuve d’un indéfectible optimisme en se rattachant à un « sens de l’Histoire » proche de celui de Karl Marx. Ainsi l’amélioration de la condition humaine serait-elle la seule évolution possible de notre civilisation. Bref, Shirato signe une œuvre colossale riche d’une réflexion philosophique et métaphorique où, vous l’aurez compris, on ne s’ennuie jamais.


Océane Brunet
( Mis en ligne le 25/01/2011 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Le Samouraï Bambou (vol.1)
       de Taiyou Matsumoto , Issei Eifuku
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd