L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Jeudi 21 juin 2018
  
 
     
Le Livre
Bande dessinée  ->  
Comics
Manga
Historique
Réaliste
Fantastique
Science-fiction
Policier - Thriller
Aventure
Humour
Adaptation
Jeunesse
Les grands classiques
Chroniques - Autobiographie
Revues, essais & documents
Entretiens
Illustrations, graphisme et dessins d’humour
Autre

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Bande dessinée  ->  Manga  
 

Crêpage de chignon
Ken Akamatsu   Love Hina (vol. 11)
Pika éditions 2003 /  6.95 € - 45.52 ffr. / 188 pages
ISBN : 2-84599-274-2
FORMAT : 12 x 18 cm
Imprimer

Keitarô, suite à son succès à l’examen d’entrée pour l’école, part pour un stage de six mois aux États-Unis, non sans avoir enfin avoué son amour à Naru avant son départ. En son absence, sa supposée sœur Kanako s’autoproclame gérante de la pension. Mais la nouvelle venue veut faire de ce lieu privilégié un hôtel. Les pensionnaires forment désormais le personnel de l’établissement afin de payer leur loyer, mais supportent de moins en moins la tyrannie de Kanako. Elles finissent par fuir une à une l’ex-pension, laissant Naru à la merci de cette jeune fille au comportement despotique qui la sadise sans ménagements. La foi de Naru dans le retour prochain de Keitarô lui donne le courage de supporter cette exploitation éhontée…

Ce onzième tome reste fidèle à l’esprit de la série : drôle, enlevé et souvent impertinent, il multiplie à un rythme effréné gags, délires, rires et larmes. Au point de se demander parfois où Akamatsu va chercher ces idées incongrues. Bref, l’imagination débordante de l’auteur est une nouvelle fois mise au service de ce manga, avec notamment un étrange jeu de rôle réalisé par Kanako – au don de déguisement exacerbé – qui pimente et complique à souhait les liens unissant les personnages. Sans omettre d’aborder des thèmes plus tabous, tels le saphisme de certaines des pensionnaires qui se dévoile ici au grand jour, ou le «brother complex» de Kanako dont les sentiments ambigus envers Keitarô flirtent dangereusement avec l’inceste. Regrettons que, malgré tout, l’auteur trouve toujours une pirouette pour s’en sortir à bon compte (Kanako aurait ainsi été adoptée par les parents de Keitarô). La morale est sauve, certes, mais au détriment du ton politiquement incorrect qu’adopte parfois la série. Bref, on attend avec impatience le retour de Keitarô.


Océane Brunet
( Mis en ligne le 08/01/2004 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd