L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Lundi 27 janvier 2020
  
 
     
Le Livre
Bande dessinée  ->  
Comics
Manga
Historique
Réaliste
Fantastique
Science-fiction
Policier - Thriller
Aventure
Humour
Adaptation
Jeunesse
Les grands classiques
Chroniques - Autobiographie
Revues, essais & documents
Entretiens
Illustrations, graphisme et dessins d’humour
Autre

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Bande dessinée  ->  Manga  
 

Contes cruels
 Ochazukenori   Le manoir de l'horreur (vol. 3)
Delcourt 2004 /  5.50 € - 36.03 ffr. / 168 pages
ISBN : 2-84789-382-2
FORMAT : 11x18 cm
Imprimer

Chacune des saynètes de ce volume s’inspire d’une situation banale, pour dériver subrepticement vers une atmosphère pesante et chargée d’angoisse...

Yôichi délaisse à regrets sa bien-aimée le jour de son voyage de noce : en effet, il en épouse une autre, plus riche, sous la contrainte de ses parents qui doivent de l’argent à sa future belle-famille. Mais la maîtresse du jeune homme semble décidée à tout pour le ramener à elle…

Alors qu’elle tente de se suicider, Junko est sauvée in extremis par un homme. Ce dernier s’avère être un savant qui vient justement de mettre fin à toute une vie de recherche en achevant son unique œuvre : une machine à modifier la mémoire. Il propose à la jeune fille désespérée de jouer le rôle de cobaye, et celle-ci accepte de bonne grâce. Lorsqu’elle se réveillera, le scientifique aura pris dans son esprit la place de son père…

Elles sont sœurs. Elles sont enceintes. L’une est majeure et mariée, l’autre collégienne et acculée à avorter. Mais leurs histoires sont-elles finalement si différentes que ça ?

Ochazukenori signe un troisième tome particulièrement inquiétant, usant des mêmes ressorts qui ont fait l’étrangeté des premiers volumes. Une fois mise en branle, plus rien ne semble pouvoir arrêter la machine infernale que sont ces scénarios minutieusement ciselés, et les personnages se retrouvent peu à peu pris au piège d’une situation qui les dépasse. Cette impuissance face à leur destin et l’absence de toute échappatoire rendent immanquablement le lecteur nerveux, lui lassant présager le pire, qui finit toujours pas arriver d’ailleurs. Aucune issue n’est donc possible, et seule la mort apporte aux protagonistes le repos auquel ils aspirent tant.

La répétition à l’envi de scènes quasi identiques achève de créer le malaise, ponctuées d’éléments récurrents que l’auteur affectionne beaucoup (horloge, maison isolée, etc.) et auréolées de croyances et de superstitions ancestrales (magie noire, possession et autres démons). Pour parvenir à ses fins, Ochazukenori ne lésine d’ailleurs pas sur les moyens : hémoglobine coulant à flots et membres écartelés plongent la série dans une ambiance trash parfois carrément dégueulasse. Le tout dans un style relativement dépouillé, qui enfonce le clou en dévoilant l’horreur sans masque ni fausse pudeur. Comble de l’ironie, l’une des héroïnes porte le doux nom de Kayo, qui ne pouvait pas être plus à propos dans un épisode où les décapitations s’enchaînent à un rythme vertigineux !


Océane Brunet
( Mis en ligne le 26/07/2004 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Le Manoir de l'horreur (vol. 1)
       de Ochazukenori
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd