L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Lundi 17 février 2020
  
 
     
Le Livre
Bande dessinée  ->  
Comics
Manga
Historique
Réaliste
Fantastique
Science-fiction
Policier - Thriller
Aventure
Humour
Adaptation
Jeunesse
Les grands classiques
Chroniques - Autobiographie
Revues, essais & documents
Entretiens
Illustrations, graphisme et dessins d’humour
Autre

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Bande dessinée  ->  Manga  
 

La femme qui aime
plus vite que son ombre
Moyoco Anno   Happy mania (vol.3 )
Pika éditions 2005 /  6,95 € - 45.52 ffr. / 186 pages
ISBN : 2-84599-440-0
FORMAT : 15x18 cm
Imprimer

Aussitôt Takahashi envolé pour les USA, Shigéta tombe sous le charme d’un jeune artiste tourmenté. Pour le séduire, elle s’invente un personnage de jeune femme fragile. Mais Miura, qu’elle considère comme la dernière des pouffiasses depuis qu’elle connaît sa grande intimité avec Takahashi, se trouve une fois de plus sur son chemin. Shigéta supporte de moins en moins l’ombre que lui fait la bimbo et s’improvise apprentie potière pour évincer sa rivale.

Shigéta, plus amoureuse que jamais, multiplie les partenaires d’un jour et les aventures calamiteuses. Ce vagabondage sexuel dissimule souvent une grande détresse chez cette héroïne qui fait montre d’un manque patent de confiance en elle. On rit donc de bon coeur aux élucubrations de la jeune écervelée qui confond amour et désir ou encore sexe et amitié : cette confusion des sentiments donne lieu à d’étonnants quiproquos et beaucoup de fantasmes. La vie devient forcément un roman haletant lorsque l’on voit en chaque femme une rivale et en chaque homme un hypothétique petit ami…

Souvent ridicule mais très attachant, le personnage de Shigéta est ainsi un doux mélange d’impulsivité et de folie quotidienne. Hystérique, cyclothymique, somatisant toutes ses angoisses, la jeune fille se laisse aller à de grandes et jolies phrases entre deux déclarations d’amour ratées, toujours à double tranchant (« Je suis comme un ciel nuageux que le soleil n’arrive pas à percer de ses rayons. Un ciel fatigué d’attendre l’arrivée de l’été. »), voire carrément sur la brèche, bien qu’empreint d’un humour désopilant (« Ce n’est pas d’être une femme qui est dur, c’est d’être moi… C’est trop dur, d’être moi. »).

On souhaite tout de même à Shigéta de trouver une forme de stabilité et de mettre un peu d’ordre dans sa vie sentimentale en vrac. Après tout, n’a-t-elle pas juste sous ses yeux le très tolérant et sympathique Takahashi, crème parmi les crèmes ?


Océane Brunet
( Mis en ligne le 24/06/2005 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Happy mania (vol. 2)
       de Moyoco Anno
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd