L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Lundi 25 mai 2020
  
 
     
Le Livre
Bande dessinée  ->  
Comics
Manga
Historique
Réaliste
Fantastique
Science-fiction
Policier - Thriller
Aventure
Humour
Adaptation
Jeunesse
Les grands classiques
Chroniques - Autobiographie
Revues, essais & documents
Entretiens
Illustrations, graphisme et dessins d’humour
Autre

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Bande dessinée  ->  Manga  
 

Je ne voudrais jamais cesser de ressentir sa chaleur
Kou Fumizuki   Bleu indigo
Pika éditions 2005 /  6,95 € - 45.52 ffr. / 192 pages
ISBN : 2-84599-446-X
FORMAT : 15x18 cm
Imprimer

Suite des aventures des membres de la pension Sakuraba, où Tina l’américaine entraîne d’une main de fer la jeune Chizuru pour qu'elle parvienne à nager 25 mètres sans couler à pic. Cette dernière a eu en effet l’audace de s’inscrire au club de natation de la faculté sans savoir nager… Kaoru, accablé de travail, trouve une fois de plus en Aoi un soutien et un réconfort qui l’aide à affronter les situations difficiles. Bref, le jeune couple file le parfait amour.

La série se montre toujours aussi étonnante, où naïveté et pudibonderie outrancières se mêlent à de stupéfiantes scènes olé-olé. La proximité des héroïnes, pourtant ouvertement hétérosexuelles (quoique…), n’a pas manqué de choquer nos âmes prudes. Le bain se révèle ainsi un formidable et officieux lieu de drague où l’exiguïté autorise toutes sortes de familiarités peu respectueuses de l’étiquette… Avec des scènes à l’humour carrément décalé pour agrémenter l’ensemble : on retiendra en particulier celle des toilettes, grand moment de solitude où Chizuru tente de se motiver pour relever le défi des 25 mètres crawlés.

On note de plus le contraste entre des personnages plutôt délurés et une Aoi si traditionaliste qu’elle en frise la ringardise. Son petit couple très vieux jeu parvient pourtant à être touchant, voire émouvant. Atypique, le manga évolue ainsi vers une dichotomie enrichissante, osant faire vivre sous le même toit des êtres a priori très différents qui parviennent malgré tout à cohabiter dans la joie et la bonne humeur. L’air de ne pas y toucher, une véritable leçon de tolérance.


Océane Brunet
( Mis en ligne le 29/07/2005 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Bleu indigo (vol. 8)
       de Kou Fumizuki
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd