L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Lundi 17 février 2020
  
 
     
Le Livre
Bande dessinée  ->  
Comics
Manga
Historique
Réaliste
Fantastique
Science-fiction
Policier - Thriller
Aventure
Humour
Adaptation
Jeunesse
Les grands classiques
Chroniques - Autobiographie
Revues, essais & documents
Entretiens
Illustrations, graphisme et dessins d’humour
Autre

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Bande dessinée  ->  Manga  
 

Pas de bras, pas de chocolat
Moyoco Anno   Happy mania (vol.10)
Pika éditions 2006 /  6,95 € - 45.52 ffr. / 181 pages
ISBN : 2-84599-640-3
FORMAT : 12,5x18,5 cm
Imprimer

Takahashi retrouve enfin la mémoire, mais pas sa liberté. Takako lui annonce en effet qu’elle est enceinte de lui, ce qui rend désormais leur mariage prioritaire sur tout autre projet.
Fuku-chan et Shigeta réfléchissent alors à un plan machiavélique pour faire échouer la cérémonie…

Shigeta est en très grande forme et semble ne jamais pouvoir s’épuiser. Ce dixième tome en est une brillante illustration, avec son lot de répliques tragico-hystériques et de sketches vraiment très drôles. À cet humour décalé s’ajoute un enchaînement d’aventures effrénées où le suspense le dispute à la fantaisie.
L’héroïne de Moyoco Anno, qui tient plus du pitre que de la bimbo, se révèle souvent être le clown triste de l’histoire. Car derrière l’apparente futilité de Shigeta se profile une vraie quête de l’Autre, sublimé par des rêves de petite fille impatiente.
Le duo qu’elle forme avec son alter ego Fuku-chan fonctionne d’ailleurs merveilleusement bien : deux copines paumées, déprimées et de surcroît seules qui se murgent pour oublier à quel point le monde est une tartine d’immondices. Leurs histoires d’amour tordues, faites de manipulation et de conflits, ne les épanouissent guère. Mais la relation qui unit Shigeta à Takahashi prend une nouvelle tournure, finissant même par gagner un peu de profondeur. Rien de grave, rassurez-vous : les deux grands timides passent leur temps à se rater, et Shigeta se voit encore privée de la possibilité de vivre enfin une histoire avec celui qu’elle chérit plus que tout. Certes la passion emporte tout, mais elle ne fait pas manger son homme. On peut toujours vivre sans, mais y renoncer reste la pire des aberrations, comme le chante si justement Bertrand Betsch : « Je peux vivre sans toi/ on peut vivre sans rien/ et attendre la fin /on peut vivre sans bras/ pas de bras pas de chocolat/ je peux me passer de toi/ on peut se passer de tout/ on peut aussi pisser partout/ et cela même sans les bras/ pas de bras pas de chocolat »…


Océane Brunet
( Mis en ligne le 10/10/2006 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Happy mania (vol.8)
       de Moyoco Anno
  • In the clothes named fat
       de Moyoco Anno
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd