L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Samedi 26 septembre 2020
  
 
     
Le Livre
Bande dessinée  ->  
Comics
Manga
Historique
Réaliste
Fantastique
Science-fiction
Policier - Thriller
Aventure
Humour
Adaptation
Jeunesse
Les grands classiques
Chroniques - Autobiographie
Revues, essais & documents
Entretiens
Illustrations, graphisme et dessins d’humour
Autre

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Bande dessinée  ->  Manga  
 

Tant qu’il y a de l’amour…
Moyoco Anno   Happy mania (vol.11)
Pika éditions 2006 /  6,95 € - 45.52 ffr. / 221 pages
ISBN : 2-84599-662-4
FORMAT : 12,5x18 cm
Imprimer

Shigeta se jette à corps perdu dans les bras du patron de l’auberge où elle s’est réfugiée pour oublier Takahashi. Mais l’inconnu décide de l’épouser immédiatement, au grand désespoir de la jeune femme.
Pendant ce temps, Hideki, le petit ami de Fuku-chan, rencontre par hasard Takahashi : il lui apprend alors combien Shigeta a souffert de son récent mariage avec le laideron Takako.

La série s’achève comme elle avait commencé : sur les chapeaux de roues. Cette vision décomplexée et lucide des rapports amoureux offre son lot de situations burlesques et de scènes où le grotesque s’entremêle à un érotisme éthéré. Les retrouvailles explosives entre Shigeta et Takahashi révèlent toute l’immaturité de la jeune femme, qui fait du shopping comme elle fait l’amour : dans le désordre et sans réfléchir.
Héroïne brouillonne, maladroite et gaffeuse, Shigeta hésite entre naïveté et cynisme. Son idéal fleur bleue du couple se montre en effet en totale contradiction avec son comportement au quotidien. Car cette croqueuse d’hommes ne recule face à aucune trahison ni aucun mensonge.
Un personnage complexe donc, pour une histoire qui ne l’est pas moins. Adultères et disputes se succèdent sans interruption, illustrant les aléas de l’amour, pour s’achever sur une théorie qui n’engage que son auteur et rassurera peut-être les plus vagabondeurs d’entre nous : l’infidélité est inéluctable car on ne peut se contenter d’un seul partenaire. Moyoco Anno va même plus loin en assimilant le mariage à un engagement liberticide à éviter de toute urgence… Tant qu’il y a de l’amour, semble-t-elle vouloir nous dire, tout est permis. Chacun est responsable de ses actes et doit assumer son droit de goûter au bonheur. C’est ainsi que la série se termine sur une infinité de possibles entre Shigeta et Takahashi, qui laisse la part belle à l’imagination du lecteur.


Océane Brunet
( Mis en ligne le 19/12/2006 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • In the clothes named fat
       de Moyoco Anno
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd