L'actualité du livre Samedi 25 mai 2024
  
 
     
Le Livre
Bande dessinée  ->  
Comics
Manga
Historique
Réaliste
Fantastique
Science-fiction
Policier - Thriller
Aventure
Humour
Adaptation
Jeunesse
Les grands classiques
Chroniques - Autobiographie
Revues, essais & documents
Entretiens
Illustrations, graphisme et dessins d’humour
Autre

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Bande dessinée  ->  Manga  
 

Un Ryô Saeba médiéval
Mio Asô   Tetsuo Hara   Keiichirô Ryû   Keiji (vol.4)
Casterman - Sakka 2007 /  5,95 € - 38.97 ffr. / 204 pages
ISBN : 978-2-203-00810-6
FORMAT : 11,5x18 cm
Imprimer

Sutemaru agresse l’un des sbires de Dôan-sama, mettant Keiji dans une position délicate. Celui-ci, contraint de protéger son disciple insouciant, se met à dos le grand Hideyoshi-sama. Le chemin du samouraï croise celui du ninja Wabisuké, qui a lui-même tenté d’assassiner Hideyoshi. Keiji le prend sous sa protection et l’incite à se travestir en femme pour échapper aux soldats du puissant notable.

Sur fond de guerre des clans permanente, la série élabore des intrigues complexes nourries de nombreuses scènes de combat parfois très violentes et de manœuvres politiques perfides. Complots obscurs, filiations opaques et soif de pouvoir agrémentent cette saga tumultueuse dans laquelle la mort est déclinée sous toutes ses formes : fratricide, condamnation à mort ou meurtre tout simple, sans oublier la version hype du suicide de l’époque, le seppuku. Keiji fait ainsi figure de joyeux provocateur au milieu de tous les requins qu’il côtoie, avec son faux air de Ryô Saeba en culotte de velours et pourpoints audacieux.
À l’instar de séries aussi travaillées que Comme la lune surgissant des nuages ou Onmyôji, celui qui parle aux démons, le manga confère à son personnage principal des pouvoirs quasi surnaturels et offre une galerie plutôt amusante de sales gueules en tous genres. Les costumes sont très élaborés, le poids de la tradition parfaitement retranscrit.
Notons par ailleurs la thématique récurrente du travestissement, qui baigne l’œuvre d’une homosexualité latente qui n’est pas sans rappeler le magnifique film Tabou d’Oshima, dans lequel était évoqué de façon moins sublimée des relations très ambiguës entre les samouraïs d’un même temple. Ici, la question n’est que vaguement et indirectement effleurée, préservant la virilité exorbitante des personnages. Dieu soit loué !


Océane Brunet
( Mis en ligne le 26/10/2007 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Comme la lune surgissant des nuages (vol.2)
       de Heung-yong Park
  • Onmyôji, celui qui parle aux démons (vol.1)
       de Baku Yumemakura , Reiko Okano
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2024
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd