L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mercredi 29 janvier 2020
  
 
     
Le Livre
Bande dessinée  ->  
Comics
Manga
Historique
Réaliste
Fantastique
Science-fiction
Policier - Thriller
Aventure
Humour
Adaptation
Jeunesse
Les grands classiques
Chroniques - Autobiographie
Revues, essais & documents
Entretiens
Illustrations, graphisme et dessins d’humour
Autre

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Bande dessinée  ->  Manga  
 

La conversation silencieuse
 Doha   Catsby (vol.4)
Casterman - Hanguk 2007 /  13,75 € - 90.06 ffr. / 271 pages
ISBN : 978-2-203-37721-9
FORMAT : 14,5x19,5 cm
Imprimer

Hound est rejeté par celle qu’il aime, malgré ses avances intempestives. De plus en plus maladroit, le malheureux se heurte à un mur d’incompréhension. Son ami Catsby se sent bien impuissant face au désarroi de Hound, et l’échec amoureux de ce dernier le renvoie à ses propres doutes concernant son couple avec Sun.

Torturés et anxieux de tout, les protagonistes de Catsby sont malmenés par l’existence, sans cesse confrontés à des situations aussi épineuses que la relation amoureuse, le deuil ou encore la paternité. Souvent saugrenu et décalé, leur quotidien oscille entre rires et larmes, sur fond d’incompréhension. De belles atmosphères habillent le manga : que ce soit le rougeoiement du crépuscule ou l’indigo de la nuit, toutes invitent à la confession et suscite une intimité très forte entre le lecteur et les différents personnages. Le découpage fascinant des planches entretient la magie de l’instant présent, suspendu et éthéré.
L’allégorie du sentiment amour apparaît ici d’une justesse poignante : incertitude, manque de communication, difficulté à exprimer ses sentiments, toute la douloureuse rhétorique de l’amour y est décortiquée de manière très clinique. L’imperfection du langage et son incapacité à traduire ce qui nous habite vraiment en fait un meilleur ennemi dangereux et trompeur : « Même si on perd définitivement la parole à force de nous priver de parole, il n’y a rien à craindre, ce n’est pas dangereux. La parole qui se précipite, la parole qui part dans tous les sens, la parole qui n’a pas d’interlocuteur, la parole pour une autre parole, ce genre de paroles est plus fréquent que les vraies. Ce genre de paroles est dangereux ». Beaucoup de silence chargé de sens donc pour cette très belle narration. Un chef d’œuvre d’une sobriété sublime.


Océane Brunet
( Mis en ligne le 03/02/2008 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Catsby (vol.3)
       de Doha
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd