L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Dimanche 17 janvier 2021
  
 
     
Le Livre
Bande dessinée  ->  
Comics
Manga
Historique
Réaliste
Fantastique
Science-fiction
Policier - Thriller
Aventure
Humour
Adaptation
Jeunesse
Les grands classiques
Chroniques - Autobiographie
Revues, essais & documents
Entretiens
Illustrations, graphisme et dessins d’humour
Autre

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Bande dessinée  ->  Réaliste  
 

Chenda (presque) sans Frédéric
Aurélia Aurita   Je ne verrai pas Okinawa
Les Impressions nouvelles 2008 /  12 € - 78.6 ffr. / 80 pages
FORMAT : 14,8 x 21 cm
Imprimer

Début 2008, Chenda se rend au Japon pour y rejoindre Frédéric, l'homme de sa vie, dessinateur installé à Tokyo. Mais ses séjours à répétition de trois mois dans l'archipel éveillent la suspicion des services de l'immigration, qui entendent prendre le temps d'en savoir un peu plus sur les motivations de la jeune femme. Bloquée plusieurs heures par l'administration, elle se retrouve face à des fonctionnaires peu compréhensifs. Pourquoi veut-elle rester trois mois ? Qui va-t-elle rejoindre ? Ont-ils l'intention de se marier ? Chenda tente de garder son calme, mais la crise de nerfs n'est pas loin.

Ce sont ces quelques heures à l'aéroport, et la prise de conscience qu'elle n'est pas chez elle au Japon comme elle le pensait, qui font l'objet de cet album. Après deux tomes de Fraise et Chocolat (voir nos articles), Je ne verrai pas Okinawa est un troisième temps de la relation Chenda / Frédéric, mais le sujet ici est surtout l'amour (ou du moins l'attrait) de Chenda pour ce pays qui lui refuse ses portes. Tous les moments passés avec Frédéric, quand elle finit par sortir de l'aéroport, sont lourds de cette déception de devoir repartir plus tôt, mais en bonne épicurienne, Chenda décide de profiter de tous les moments qui lui restent... même si elle n'aura pas le temps d'aller à Okinawa.

Le récit est mené à un bon rythme, avec la dose d'humour nécessaire. Le trait vif et léger d'Aurélia Aurita, toujours en noir et blanc, n'a pas changé depuis Fraise et Chocolat. Les écueils du journal trop intime sont ici évités, même si ce récit est encore une fois d'inspiration autobiographique. Au bout du compte, Je ne verrai pas Okinawa est d'une lecture sympathique, avec un ton moins ostensiblement "bien-pensant" qu'on aurait pu le craindre, étant donné le sujet.


Anne Bleuzen
( Mis en ligne le 26/11/2008 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Fraise et chocolat
       de Aurélia Aurita
  • Fraise et chocolat 2
       de Aurélia Aurita
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2021
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd