L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Jeudi 18 juillet 2019
  
 
     
Le Livre
Bande dessinée  ->  
Comics
Manga
Historique
Réaliste
Fantastique
Science-fiction
Policier - Thriller
Aventure
Humour
Adaptation
Jeunesse
Les grands classiques
Chroniques - Autobiographie
Revues, essais & documents
Entretiens
Illustrations, graphisme et dessins d’humour
Autre

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Bande dessinée  ->  Réaliste  
 

Le journal d’une femme de chambre
Ted Benoit   Pierre Nedjar   L'Homme de nulle part
 12.50 € - 81.88 ffr. / 80 pages
ISBN : 2-203-39704-7
FORMAT : 22 x 29,5 cm
Imprimer

L’histoire commence comme dans un film noir. Une voix-off, un bar dans la pénombre et des souvenirs que l’on se remémore au-dessus d’un verre. Sauf qu’ici le narrateur n’est pas un détective privé mais une modeste femme de ménage, Thelma Ritter. Le lecteur amateur de Ted Benoit aura déjà croisé le chemin de cette femme puisqu’elle était l’aide-ménagère de Ray Banana (Berceuse électrique et Cité lumière).

L’homme de nulle part tombe un jour sur Thelma avec cette question insolite et qui n’obtiendra une réponse (relative) qu’après une bonne quarantaine de planches : «Excusez-moi, madame… Pourriez-vous me dire comment je m’appelle ?». Le pauvre homme a l’air hébété et totalement perdu, et c’est sans doute ce regard de chien battu qui entraîne la jeune Laura Linnell, patronne de Thelma, à le recueillir. Mais poursuivi par un passé qu’il ne comprend pas, l’homme doit fuir à travers le pays, accompagné de Laura, et plusieurs hommes patibulaires à ses trousses. Pour le couple, c’est le début d’une cavale pleine de rebondissements, d’interrogations et d’incroyables retournements de situations.

Avec cet album qui date de 1984, Ted Benoit écrivait un scénario machiavélique et immédiatement captivant, digne des plus grands films noirs hollywoodiens. Ici aussi, les êtres du passé reviennent hanter le quotidien des repentis et l’innocence n’a définitivement pas sa place.

Pour l’occasion, et après lui avoir montré la voie dans le prologue, Ted Benoit laissait les crayons à Pierre Nedjar, dessinateur mystérieux dont on ne sait pas grand-chose et dont la bibliographie se résume à trois albums. Nedjar adopte le style «ligne claire» de son parrain, avec toutefois moins d’élégance et d’invention, mais l’ensemble reste du début à la fin soigné et efficace. On appréciera tout particulièrement ces nombreuses vues lumineuses et colorées d’une Amérique disparue des glorieuses fifties. Ses routes interminables, les «diners» et autres motels qui les bordent, perdus au milieu de rien, ses villas somptueuses perchées sur les collines californiennes, ses chapeaux mous et autres grosses berlines.

Réedité et augmenté de plusieurs planches inédites, L’Homme de nulle part mérite amplement sa place dans la collection «Classiques» de Casterman.


Alexis Laballery
( Mis en ligne le 30/05/2004 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Les Aventures de Blake et Mortimer (tome 15)
       de Ted Benoit , Jean Van Hamme
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd