L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Samedi 22 février 2020
  
 
     
Le Livre
Bande dessinée  ->  
Comics
Manga
Historique
Réaliste
Fantastique
Science-fiction
Policier - Thriller
Aventure
Humour
Adaptation
Jeunesse
Les grands classiques
Chroniques - Autobiographie
Revues, essais & documents
Entretiens
Illustrations, graphisme et dessins d’humour
Autre

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Bande dessinée  ->  Réaliste  
 

"Notre besoin de consolation est impossible à rassasier"
Manu Larcenet   Le Combat ordinaire (tome 3) - Ce qui est précieux
Dargaud 2006 /  13 € - 85.15 ffr. / 64 pages
ISBN : 220505791X
FORMAT : 24 x 32 cm
Imprimer

Au fil des tomes, Le Combat ordinaire ne baisse ni en intensité, ni en sensibilité. Dans ce troisième et avant-dernier volume, les courants contraires créent bien du remous dans la tête de Marco (voir nos articles sur les précédents tomes). Le deuil de son père, suicidé, lui semble une tâche insurmontable et creuse un nouvel abîme en lui. Sans parler de la tristesse qui l’étreint face à sa mère, anéantie, malgré toute sa volonté de survivre (au plein sens du terme) à son mari. C’est le moment que choisit Emilie pour reparler à Marco de son désir d’enfant, sur le mode « je n’ai pas envie de te quitter, mais si tu me dis non, je devrai partir ». Mais Marco, lui, se sent loin d’être prêt à devenir père. Pour l’instant, c’est la naissance annoncée d’un livre qui lui réchauffe un peu le cœur : ses portraits d’ouvriers des chantiers navals ont séduit un éditeur, qui va les publier. Son père n’aura pas vécu assez longtemps pour voir ça… Son père dont les carnets, sur des dizaines d’années, ne relatent que les petites choses du quotidien. Pas un mot sur Marco, son frère, sa mère, sur une quelconque intimité. Etait-ce dans la simplicité de ce regard que le père de Marco trouvait « ce qui est précieux », lui dont les yeux et la conscience avaient été traumatisés en Algérie, lors de la guerre ?

Manu Larcenet continue son exploration délicate des méandres de l’âme, et le lecteur est bouleversé. Comme pour les deux précédents tomes, on lit bien souvent cet album la gorge nouée, tant Larcenet rend palpables les émotions, souvent contradictoires, qui animent ses personnages. Et c’est bien dans le rendu de ces contrastes qu’est toute l’épaisseur de la sensibilité de Larcenet. Le « combat ordinaire » de Marco, c’est celui de chaque être qui se demande non pas pourquoi il est là, mais comment faire au mieux, maintenant qu’il est là. Une magnifique série qui démontre, s’il en était encore besoin, le grand talent de Manu Larcenet.

A signaler, au prix de 21,50 euros, une édition spéciale de 74 pages, avec un cahier de 10 pages de dessins et photos de repérages, ainsi qu’un DVD de 52 min sur la création de l’album avec l’auteur.


Anne Bleuzen
( Mis en ligne le 24/03/2006 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Le Combat ordinaire (tome 2)
       de Manu Larcenet
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd