L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mardi 17 septembre 2019
  
 
     
Le Livre
Bande dessinée  ->  
Comics
Manga
Historique
Réaliste
Fantastique
Science-fiction
Policier - Thriller
Aventure
Humour
Adaptation
Jeunesse
Les grands classiques
Chroniques - Autobiographie
Revues, essais & documents
Entretiens
Illustrations, graphisme et dessins d’humour
Autre

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Bande dessinée  ->  Comics  
 

Pif paf pouf
Frank Miller   Terreur sainte
Delcourt - Contrebande 2012 /  128 € - 838.4 ffr. / 128 pages
ISBN : 978-2-7560-3359-4
FORMAT : 30,4x23 cm
Imprimer

Voilà donc ce fameux livre traduit chez nous. À vrai dire, on ne pensait pas le trouver si tôt dans les librairies, on ne pensait même pas le trouver du tout. On ne sait pas si c’est une bonne nouvelle au final. Certains crieront à la liberté d’expression. Soit, on a tous le droit de dire, d’écrire, ou de filmer des conneries, en effet.

On ne peut toutefois pas aujourd’hui renier ce que l’on a adoré autrefois. Et, même après ce livre, Frank Miller reste un grand auteur, créateur de quelques plusieurs chefs d’œuvre et est, avec quelques autres (Neil Gaiman ou Alan Moore) l’un de ceux qui ont donné aux comics une grendeur et une puissance souvent absente. On pense à son travail sur Daredevil, Elektra (avec Bill Sienkiewicz au top), et bien évidemment Batman. Sans son Dark Knight Returns, Chris Nolan serait sans doute en train de tourner Inception 3 en ce moment. On touche au sublime, lorsque Miller semblait autant anar que réac et que ces deux facettes, ces deux visages (Two-Face) semaient encore le trouble dans l’esprit du lecteur et enrichissaient son discours. Il était déjà question de violence gratuite, de justice aveugle, de milices et de vengeance, mais l’ensemble était porté par une réflexion solide et un recul nécessaire. Superman en vieux beau nigaud costaud au service d’un gouvernement conservateur, c’était tout de même quelque chose.

Et puis quelque chose s’est grippé, dans les alentours de Sin City. Une violence de plus en plus froide, sans second degré, une misogynie qui ne se cache plus, et un discours qui se radicalise en même temps qu’il s’appauvrit.

Avec Terreur sainte, on est donc dans de la bande dessinée de propagande, comme l’aime à le dire lui-même Miller. Si Captain America bottait les fesses d’Hitler, pourquoi nos super héros d’aujourd’hui ne pourraient-ils pas rendre la pareille aux « méchants » actuels. Sauf que, chez Miller, ces derniers n’ont pas de visage, pas de chef. Aucun bouc émissaire capable de personnifier le mal. C’est bien simple, pour Miller, ils en font tous partie, ils s’appellent tous Mohammed, et les mosquées sont des repaires ultrasophistiqués pour tous ces terroristes. Tout cela pourrait passer pour de l’humour si Miller ne semblait pas aussi sérieux, déterminé à en finir avec tous ces ennemis qui en veulent à son Amérique.

L’histoire est simplissime, comme si Miller n’avait pas eu le temps de potasser son sujet, un cri du cœur sorti du crayon. Un sous-Batman et une sous-Catwoman sont aux prises avec des terroristes qui sèment le chaos dans la belle ville d’Empire City. Des bombes, des clous, des rasoirs, des mosquées infestée d’islamistes surarmés, et même un flic ripou. Et donc : il faut aller tuer ces barbares. Fin. Tout va très vite, Miller privilégie l’action, les raccourcis. En filigrane, il brode une histoire d’amour entre ces deux super héros. Si dans la version voulue d’abord par Miller, il devait s’agir d’une (énième) idylle entre Batman et Catwoman , il est vrai que cette histoire romantique entre ces deux parfaits inconnus laisse de marbre. Miller a créé, en 2 secondes vraisemblablement, ce héros pas super, au charisme de yaourt. Toutefois, on retiendra cette lueur d’espoir dans un monde noir. Quelque chose de tragique et de beau se passe ici.

Graphiquement, Miller reste grand, créatif. Le format à l’italienne fait déjà beaucoup ; le dessinateur se répand dans l’espace, les corps, massifs et puissants comme ceux de Jack Kirby il y a plus de quarante ans font de la gym dans le blanc du papier : chorégraphie hallucinante et belle, l’action devient un drôle de ballet. Tout cela est beau, même si creux. Il y a ensuite quelques belles idées de mise en page, et une constante envie de se battre avec le dessin, les matières, le noir et le blanc. Miller reste un maître. Dommage qu’il n’ait pas grand-chose à raconter.

Un coup d’œil à la couverture et l’on commence à se poser quelques questions : ces deux bonshommes qui se battent. Et ces dents qui volent. Franchement ? On n’a pas vu ça depuis Tom et Jerry. Avec ce livre, Frank Miller a comme le cul entre deux chaises et plus on avance dans la lecture plus cette impression s’amplifie. Entre pamphlet et grosse farce (”Jihad ! / À tes souhaits !”, le cœur balance, et ça lui fait mal.

Ça n’est pourtant pas une série B. On n’est pas dans un film de Chuck Norris avec de méchants arabes encagoulés qui font rire. Ici tout fait froid dans le dos : l’assurance de Miller, son dessin noir, violent, terrible, et son discours cru. Idiot et limité certes, mais tellement brutal, qu’il en est terrifiant. C’est un cri diront certains, une révolte. On n’entend seulement qu’un gros rot nauséabond, aux idées pas très claires. Il y a ces flashs qui font alterner Dick Cheney, Michael Moore, Obama, une femme lapidée et même un escargot ???. Que se passe-t-il à ce moment ? Tout cela n’est plus aussi carré que prévu, peut-être même franchement barré et achève de souligner le flou du propos de Miller. Sait-il vraiment où il en est ? Ce livre dit-il quelque chose ? Ou n’est-il simplement pas à côté de toutes les plaques.


Alexis Laballery
( Mis en ligne le 08/10/2012 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd