L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mercredi 24 juillet 2019
  
 
     
Le Livre
Bande dessinée  ->  
Comics
Manga
Historique
Réaliste
Fantastique
Science-fiction
Policier - Thriller
Aventure
Humour
Adaptation
Jeunesse
Les grands classiques
Chroniques - Autobiographie
Revues, essais & documents
Entretiens
Illustrations, graphisme et dessins d’humour
Autre

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Bande dessinée  ->  Comics  
 

Bestiaire fantastique
John Marc DeMatteis   Mike Ploog   Stardust Kid
Delcourt - Contrebande 2007 /  14.95 € - 97.92 ffr. / 144 pages
ISBN : 978-2-7560-0230-9
FORMAT : 17,3x26,4 cm
Imprimer

Cette édition complète de Stardust Kid reprend l’histoire publiée dans les cinq comics écrits et dessinées par J.M. DeMatteis et Mike Ploog, parus de mai 2005 à janvier 2007 pour Image Comics puis Boom Studios. Un récit fantastique à l’intrigue plutôt ténue mais efficace et bien menée, plongé dans un univers onirique peuplé d’étranges créatures.

L’histoire est celle de Cody DiMarco, teenager anodin parmi d’autres, casquette dévissée sur la tête et crise d’adolescence dedans. Il vit dans un quartier banal, avec sa petite sœur Katherine Mary (forcément lointaine puisque plus jeune) et ses parents. Depuis quelque temps, Cody a un nouvel ami, Paul Brightfield, apparu d’on ne sait où et avec qui Cody entretient une relation exclusive, jusqu’à en rendre jaloux sa meilleure amie Alana et inquiéter sa mère. Très vite, on apprend la véritable nature de Paul : celui-ci est un esprit féerique, une entité venue du fond des âges, capable de prendre de multiples apparences et qui entraîne Cody dans son monde souterrain pas banal. Mais dans la souche de l’arbre qui sert de tanière à Paul, un drame va bientôt se jouer, puisque l’âme sœur du petit génie, en guerre contre l’humanité, revient s’approprier les lieux et imposer sa loi. Elle fait disparaître Paul avant de transformer le quartier banlieusard de Cody en une sombre et dangereuse forêt. L’avenir de la petite communauté est désormais dans les mains du jeune garçon et de ses amis. Accompagné de sa sœur, d’Alana et du petit surdoué Nathaniel, Cody va pénétrer les entrailles d’un monde fantastique plein de surprises et de dangers, et faire de multiples et étonnantes rencontres : on y croisera la Dame du champ de maïs, un brasier qui parle, un poisson humanoïde géant, des moucherons tueurs… Et au bout du chemin, Cody compte bien retrouver son ami Paul ainsi qu’un certain Stardust Kid, sauveur et héros légendaire de ces contrées habitées par la magie et l’imaginaire.

C’est tout un bestiaire fabuleux qui défile dans ces pages. Avec un coup de crayon enlevé, Ploog s’amuse de ces créatures et pioche dans l’imagerie populaire, dans les mythes et le cinéma (on pense plus d’une fois à Jim Henson ou à L’Histoire sans fin…) pour élaborer cette galerie de silhouettes extraordinaires. Le trait est allié à une symphonie bariolée de couleurs, parfois à la limite du mauvais-goût – feux d’artifices hallucinogène et guirlandes de Noël semblent éclairer ces sous-bois – mais cet ensemble acidulé parvient toujours à réveiller chez son lecteur un certain émerveillement enfantin.

Mais au-delà de ce fantastique vitaminé, c’est la narration très littéraire qui fait la particularité du comics. Matteis use en effet d’une voix-off quasi ininterrompue, reléguant bulles et dialogues à une portion plus que congrue, ralentissant la découverte progressive des vignettes et brisant la fluidité. Mais c’est là que le récit prend de la profondeur, et les personnages de l’épaisseur. Le parcours initiatique des jeunes héros se développe amplement, dans un univers aux fondations solides. Le résultat reste parfois déstabilisant, l’histoire ayant comme une narration à deux voix, entre livre illustré et bande dessinée, mais, une fois le parti pris accepté, c’est finalement ce faux rythme qui donne à Stardust Kid son originalité et sa force. Seule la cible reste toutefois à définir : si les plus jeunes, attirés par ce monde horrifico-merveilleux, passeront sans doute à côté de ces longues diatribes et de cette narration parfois fastidieuse, il ne faudrait pas que les plus grands aient peur de cet univers un peu kitsch et de ces créatures en peluches. Alors, si l’expression est souvent usitée, c’est sans doute ce livre-là qui s’adresse en priorité aux « grands enfants ».


Alexis Laballery
( Mis en ligne le 13/11/2007 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd