L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Dimanche 15 juillet 2018
  
 
     
Le Livre
Bande dessinée  ->  
Comics
Manga
Historique
Réaliste
Fantastique
Science-fiction
Policier - Thriller
Aventure
Humour
Adaptation
Jeunesse
Les grands classiques
Chroniques - Autobiographie
Revues, essais & documents
Entretiens
Illustrations, graphisme et dessins d’humour
Autre

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Bande dessinée  ->  Fantastique  
 

Sous les pavés
Benoît Peeters   François Schuiten   La Théorie du grain de sable (tome 2) - Les Cités obscures
 17.50 € - 114.63 ffr. / 112 pages
ISBN : 978-2-203-34326-9
FORMAT : 30x20,5 cm
Imprimer

Suite et fin d’un diptyque qui a d’ores et déjà tout du classique, se classant directement parmi les meilleurs opus de la série imaginée par François Schuiten et Benoît Peeters. Les deux hommes réalisent là une œuvre imparable, reprenant le meilleur des précédents épisodes, et proposent un récit envoûtant et énigmatique servi par un graphisme exceptionnel.

La cité de Brüsel continue d’être en proie à des dérèglements inquiétants : les pierres continuent d’apparaître chez Constant Abeels, menaçant la sécurité de l’immeuble; le restaurateur Maurice vole toujours à quelques mètres au-dessus du sol, le sable envahit un immeuble, des nuées d’insectes s’abattent sur la ville et un homme enveloppé d’un épais brouillard est apparu à quelques reprises. Mary Von Rathen, experte en phénomènes inexpliqués, a là de quoi exercer son art et son sens de la déduction sans crainte de la routine. D’autant que les choses s’accélèrent, et comme autrefois la fièvre d’Urbicande, la contagion se développe sur toute la ville, mettant en danger les habitants de Brüsel.

Dans Les Cités Obscures, le personnage principal reste principalement la ville. On y voit ses mutations, ses massacres au nom de la modernité, ses passages secrets, ses architectures étonnantes. Ici, pour renforcer la fantastique qui s’abat sur Brüsel, Schuiten et Peeters font de leur cité un reflet beaucoup plus proche de la réalité que dans leurs précédents albums. La maison Horta y est présente, comme dans « l’autre » ville, et on y chante du Charles Trenet. Le miroir est moins déformant qu’à l’accoutumée. C’est que la fantaisie est ailleurs, dans des terres d’Orient, au-delà des bâtiments et des maisons ; c’est en effet au cœur du Boulachistan que le mystère de Brüsel sera résolu. Là-bas, en plein désert, loin de la civilisation, les personnages connaîtront des secrets ancestraux, des révélations étonnantes qui remettent en question les fondements d’une société plutôt rationnelle et dont la logique et le pragmatisme s’expriment dans des tours imposantes et des longues passerelles enjambant la vieille ville tapie dans l’ombre. La Théorie du grain de sable, c’est cette rencontre inattendue entre deux mondes, deux civilisations opposées, deux cultures différentes. D’un côté une société urbanisée jusqu’à l’excès, oubliant son histoire, de l’autre un monde de tribus, de rites ésotériques et de magie.

Le dessin même est la clé du mystère, puisqu’il donne à voir au lecteur l’invisible, le sacré. Le blanc lumineux tranche sur le noir et gris qui devient alors la norme. Le blanc, la pureté, le rien, est cette trace témoignant qu’il se trame quelque chose, que le fantastique et le divin rôdent. Le blanc pur c'est d'habitude celui du papier, réserve d'un dessinateur qui s’est emparé de tout l’espace restant, travaillant les moindres détails, mais laissant des zones vierges, inaccessibles, secrètes. Ce blanc du papier devient ici une couleur à part entière qui n'est pas là à l’origine mais posée après le dessin, présence fantomatique qui se superpose sur un monde inconscient du danger.

Au-delà de cette trouvaille graphique qui est donc loin de se résumer à un simple gadget formel, le dessin de Schuiten est d’une beauté imbattable : on le savait exceller dans les architectures, il montre ici tout son talent pour traiter également le végétal (une belle scène auprès de mon arbre…), et le minéral. Le tout baigne dans cette ambiance nocturne à la fois belle et inquiétante, les formes et les choses se confondant dans une fausse lumière, les visages toujours à moitié masqués, et dissimulant quelques sombres secrets. Notons enfin que le format à l’italienne choisi pour l’occasion, au-delà de son caractère original, permet d’admirer pleinement le dessin de Schuiten.

Remplie de scènes époustouflantes et racontée avec maestria, voilà une paire d’albums indispensable.


Alexis Laballery
( Mis en ligne le 14/10/2008 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • La Théorie du grain de sable (tome 1)
       de Benoît Peeters , François Schuiten
  • La Frontière invisible
       de François Schuiten , Benoît Peeters
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd