L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Vendredi 10 avril 2020
  
 
     
Le Livre
Bande dessinée  ->  
Comics
Manga
Historique
Réaliste
Fantastique
Science-fiction
Policier - Thriller
Aventure
Humour
Adaptation
Jeunesse
Les grands classiques
Chroniques - Autobiographie
Revues, essais & documents
Entretiens
Illustrations, graphisme et dessins d’humour
Autre

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Bande dessinée  ->  Fantastique  
 

Au voleur !
Jeff Smith   RASL (tome 1) - La Dérive
Delcourt - Contrebande 2014 /  14.95 € - 97.92 ffr. / 144 pages
ISBN : 978-2-7560-5148-2
FORMAT : 17,3x26,4 cm
Imprimer

RASL, derrière cet étrange patronyme se cache un drôle de personnage ; anti-héros à la gueule de voyou, porté sur l’alcool, cambrioleur connaisseur, ancien scientifique, et surtout capable de voyager d’une dimension à une autre grâce à une technologie toute particulière qu’il a lui-même mise au point. Pour gagner sa vie, RASL vole donc des œuvres d’art dans d’autres dimensions : un Picasso inédit, voilà qui n’a pas de prix. Avec sa machine bricolée, il navigue à travers les ondes électromagnétiques d’un monde à l’autre et débarque dans un fracas d’étincelles, façon Terminator. Forcément solitaire, ce garçon ne trouve le réconfort que dans les bras d’une prostituée, Annie.
Aujourd’hui, RASL semble un peu fatigué et quelque peu perdu. C’est que les virées dans d’autres dimensions peuvent vous faire tourner la tête et perdre quelques peu le sens des réalités. Et d’ailleurs, y a-t-il vraiment une seule réalité ? Et quelle est la vraie place de RASL à travers ces différents niveaux de vérité ? Le pauvre bougre va devoir trouver des réponses à ces questions très vite, d’autant qu’il est maintenant devenu un fugitif poursuivi par un étrange et inquiétant sbire à la tête tordue, capable lui aussi de se glisser d’une dimension à l’autre.

Après Bone, géniale saga d’heroic fantasy qui l’a fait connaître et rentrer dans le petit monde des grands auteurs américains, Jeff Smith a eu besoin de changement. 13 années passées aux côtés de ce petit héros, croisement entre Pogo, Donald et Bilbo, ont eu raison de l’auteur et ce dernier a choisi, pour son projet suivant, de s’installer dans un univers radicalement différent. Plus noir, plus violent, moins immédiatement sympathique et plus complexe dans sa structure, RASL coupe les ponts avec l’imagerie mignonne, féérique et légendaire de Bone. Mais le fantastique est toujours présent, et avec ce thème de voyages dans les dimensions, Jeff Smith élabore une série qui nage entre polar et science-fiction et qui, avec ces premiers épisodes, appâte son lecteur pour ne plus le lâcher.
Là où l’on reconnaît le travail de Smith, c’est dans cette pureté du dessin et de la narration. Mêmes si le rendu est ici plus réaliste plus sec et moins cartoon que dans Bone, il y a toujours ce trait pur et précis, ces cadrages élégants et aérés. Jeff Smith sait raconter une histoire et reste aussi à l’aise dans les moments calmes que dans les scènes d’action. A côté des centaines de comics qui ont déjà traité du voyage dans le temps, des super pouvoirs et autres dimensions parallèles, Smith, auteur complet, ne se sent pas le moins du monde complexé : il raconte son histoire à sa manière, avec calme et prudence, et énormément de style et d’élégance. Pas d’esbroufe inutile, pas d’effets de style tape à l’œil : il y a dans ces pages comme un parfum de classicisme retrouvé qui s’acoquine bien avec cette intrigue plus moderne.

Dans ce premier recueil qui regroupe les épisodes 1 à 4 de la série (trois tomes sont prévus au final), l’auteur pose plus de questions qu’il ne donne de réponses. Et dès que le lecteur sent que quelque chose devient plus clair, c’est un autre pan de l’histoire qui s’assombrit ! Il y a non seulement le voyage entre les dimensions mais aussi les flashbacks qui rendent cette intrigue aussi tortueuse que passionnante à suivre.

Dernier détail, Delcourt a choisi de publier la version en couleurs de RASL. Comme pour la version colorisée de Bone, c’est Steve Hamaker qui s’occupe de ce travail sur les planches en noir et blanc de Jeff Smith. On pourra être déçu de ce choix. Si le résultat final n’est pas du tout honteux, il est pourtant indéniable que les planches originales avaient beaucoup plus d’impact et de force et collaient finalement mieux à ce récit noir et vertigineux.


Alexis Laballery
( Mis en ligne le 09/09/2014 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Bone (vol.3)
       de Jeff Smith
  • Bone (vol.2)
       de Jeff Smith
  • Bone (vol.1)
       de Jeff Smith
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd