L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mardi 14 juillet 2020
  
 
     
Le Livre
Bande dessinée  ->  
Comics
Manga
Historique
Réaliste
Fantastique
Science-fiction
Policier - Thriller
Aventure
Humour
Adaptation
Jeunesse
Les grands classiques
Chroniques - Autobiographie
Revues, essais & documents
Entretiens
Illustrations, graphisme et dessins d’humour
Autre

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Bande dessinée  ->  Fantastique  
 

Un père et passe
Morgan Navarro   L’Endormeur (tome 3) - Miroirs noirs
Delcourt - Shampooing 2015 /  14.50 € - 94.98 ffr. / 160 pages
ISBN : 978-2-7560-3766-0
FORMAT : 14,7x21 cm
Imprimer

De Morgan Navarro, on connaît surtout le travail animalier en couleur, chez Gallimard ou aux Requins Marteaux : un univers criard où l’autobiographie se mêle avec les fantasmes, comme dans Teddy Beat. Qu’il se lance en parallèle dans une série d’heroic fantasy en noir et blanc est pour le moins inattendu.
En effet, depuis trois intrigants volumes, Morgan Navarro nous raconte les aventures de Merlin, jeune père de famille entraîné dans les multiples dimensions des « Douze Terres » après avoir signé une sorte de pacte diabolique pour endormir son fils. Nous en sommes déjà à la conclusion de la trilogie et les fils narratifs prennent désormais un peu plus de sens. Merlin a maintenant une bonne idée du lieu où il se trouve et des pouvoirs qu’il y possède. Mais sa femme et leur fils sont encore détenus par une entité néfaste, et il ne sait pas par quel bout reprendre le contrôle sur sa vie. Entre amis et ennemis, la frontière est floue, et les manipulations se succèdent sans qu’il sache quel choix est à sa portée.

Un des intérêts de la série tient à la navigation constante entre les genres : élaborant un récit populaire aux structures conventionnelles, Navarro est capable de le rompre pour dessiner des images fantastiques gratuites, de dresser une satire de la religion ou du racisme ordinaire, ou encore de réorienter les aventures vers la parabole autobiographique. Les dieux égyptiens, Matrix, la crise des banlieues se mêlent sans prévenir. On peut lire L’Endormeur comme une histoire au premier degré, ou y chercher les échos d’une œuvre plus personnelle, plus tortueuse.
C’est d’abord un récit sur l’apprentissage de la paternité, durant lequel Merlin va accepter l’autonomie progressive de son enfant, sans pour autant renoncer à ses responsabilités. C’est aussi une réflexion sur le rapport au réel et le désir d’évasion. Tous les personnages rêvent d’une vie différente et l’inventent, quitte pour cela à mentir. Alors que le deuxième tome accordait beaucoup de place au thème de la religion, celui-ci dépoussière la vieille métaphore du monde comme jeu entre dieu et diable. C’est à la fois une mise en abyme et une façon de jouer avec les références comme un plaisir sucré : sommes-nous tous condamnés à ne vivre que dans un univers de jeu vidéo, où la virtualité geek est la dernière option ?

L’autre curiosité de la trilogie est le peu d’effets graphiques choisis par le dessinateur. La figure de « l’endormeur », ce mystique encapuchonné, pourrait sortir d’un album de Moebius ; mais le trait de Navarro en est bien loin, pauvre, presque maladroit. Sur ce tracé léger, quelques caricatures détonnent. Les grandes oreilles de Merlin, la tête nuageuse d’un passeur ou le visage géométrique d’un centaure font irruption dans des cases plus vraisemblables. Façon de renvoyer à l’étrangeté du rêve sans rompre avec son universalité. Plus le récit se fait puissant, et certaines images parviennent véritablement à nous inquiéter profondément, plus Navarro semble prendre plaisir à revenir au quotidien. Comme si les frontières étaient floues et que nos actions relevaient toujours d’un dérisoire bien humain.

Heroic Fantasy alternative ou autofiction new age, L’Endormeur a de quoi surprendre ses lecteurs.


Clément Lemoine
( Mis en ligne le 15/05/2015 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd