L'actualité du livre Lundi 20 mai 2024
  
 
     
Le Livre
Bande dessinée  ->  
Comics
Manga
Historique
Réaliste
Fantastique
Science-fiction
Policier - Thriller
Aventure
Humour
Adaptation
Jeunesse
Les grands classiques
Chroniques - Autobiographie
Revues, essais & documents
Entretiens
Illustrations, graphisme et dessins d’humour
Autre

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Bande dessinée  ->  Fantastique  
 

L'Enfer, c'est les ours
Marc N'Guessan   Aberzen - Tome 1 : Commencer par mourir
Soleil 2001 /  12,5 € - 81.88 ffr. / 48 pages
ISBN : 2-84565-152-x
Imprimer

Chez les ours, c’est un peu comme chez les hommes. L’habitude, par exemple : un rien vous manque, et tout est dépeuplé. Hotis est mineur de fond, il descend au fond du trou, il monte, il remonte toute la sainte journée. Et ce n'est pas plus drôle chez les ours que chez Zola. Pour un peu, on se demanderait s’il y a une vie avant la mort.

Et pourtant il suffit de mourir pour tout regretter, le contremaître, les copains mal embouchés, l’obscurité et la peur au ventre. Et voilà l’Eden où renaît Hotis, végétation luxuriante et île tranquille, condamné à n’être qu’un enfer. C’est ce monde à l’envers que se propose d’explorer l’ambitieuse nouvelle série de N’Guessan, un monde où la vie commence par la mort, et où l’ici-bas et l’au-delà sont reliés par des créatures souterraines aussi peu causantes qu’efficaces.

Pour mesurer les conséquences de l'apparition du christianisme, Marcel Gauchet empruntait à Max Weber l'idée de "désenchantement du monde", la nouvelle religion déliant la sphère terrestre de la divine. C’est ici une dynamique inverse qu’imagine l’auteur : la naissance comme la mort ne sont que des voyages entre les deux réalités, voyages qui s’équilibrent dans une loi de réciprocité quasi mécanique. Son récit devient alors celui de cette circulation entre les deux univers, ce qui en fait, loin du tout-venant fantastique, un bel objet de bande dessinée, la poésie naissant aussi et en conséquence de la circulation entre l’image et le texte. Les habitudes, au fond, comme en surface, gagnent toujours à être un peu bousculées.


Nicolas Balaresque
( Mis en ligne le 14/02/2002 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2024
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd