L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Lundi 14 octobre 2019
  
 
     
Le Livre
Bande dessinée  ->  
Comics
Manga
Historique
Réaliste
Fantastique
Science-fiction
Policier - Thriller
Aventure
Humour
Adaptation
Jeunesse
Les grands classiques
Chroniques - Autobiographie
Revues, essais & documents
Entretiens
Illustrations, graphisme et dessins d’humour
Autre

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Bande dessinée  ->  Fantastique  
 

À l’école de Tolkien
 Mortenzen    Dépé   Les Lames de Yulinn (tome 1) - L'Aube du mal
Soleil 2007 /  12.90 € - 84.5 ffr. / 48 pages
ISBN : 978-2849467930
FORMAT : 23x32 cm
Imprimer

L’heroic fantasy, que d’aucun considère souvent comme un sous-genre de bande dessinée fantastique (laquelle étant par ailleurs perçue comme une sous-littérature, on campe là dans des abîmes), est un genre qui suppose un peu d’imagination. En brodant sur des thèmes anciens (les diverses mythologies) et sur quelques grands auteurs (Tolkien en chef de file, avec Le Seigneur des anneaux), on doit pouvoir construire un monde fantastique à peu près cohérent, pas trop original, mais mouvementé et efficace. Les ingrédients sont connus : des races magiques (elfes, nains, orcs… ou assimilés), de la magie, des épées, une quête et un méchant relativement antipathique… ce n’est pas le Saint Graal du scénario, mais avec ça, on peut construire une histoire gentillette.

Et c’est le cas pour « L’Aube du mal », premier tome des Lames de Yulinn, qui ressemble davantage à un immense patchwork d’influences diverses qu’il est bon de retracer. Le scénario de Mortenzen est teinté d’Histoire (la grande), comme une version fantastique un peu laborieuse de la seconde guerre mondiale : un empereur fou et « totalitaire » (sic), Gorgull, possédé par un dieu mauvais, a entrepris le massacre systématique des gnomes et autres peuples magiques… un « génocide » (re-sic) en somme, avec camps de concentration en prime. Son armée est menée par Broxdar, âme damnée et vampirisée. Mais face à lui se lèvent de courageux gnomes, prêts à résister…Toutefois, la traîtrise est dans leur camp et à l’issue de ce premier tome, la résistance est décapitée. Mais l’espoir réside dans un mystérieux chevalier-elfe, héraut de la déesse Yulinn et en quête d’une arme, les 5 lames, capable d’abattre le démon. Entre-temps, on croise aussi la route d’Orkam, pirate échoué sur une île étrange, aux prises avec des créatures vertes, genre orcs tatoués, peu commodes…

Le graphisme de Dépé est, à l’aune du scénario, très influencé: la couverture trahit d’abord une fascination pour Druillet, le papa de Lone Sloane, l’empereur Gorgull semble tout droit sorti du Seigneur des anneaux (le film) – à moins qu’il se soit échappé de la Lune noire, de Froideval - de même que la bataille de la frontière de Polerek (qui ressemble comme deux gouttes d’eau à celle du gouffre de Helm), le méchant Broxdar va devoir rendre des comptes à Thanos de Troy, méchant Arlestonien de référence, Orkam a probablement servi comme matelot chez Sinbad le marin avant d’avoir son propre équipage… Bref, ça manque un peu de maturité tout ça : certes, l’histoire se tient, le graphisme est correct, quoique très classique (jusque dans la fascination un peu lourde de Dépé pour le body-building et les poses musculeuses). Un bon point pour les paysages et quelques belles trouvailles, mais tout cela est laborieux, manque d’originalité et respire par trop le déjà-vu (ou lu) et mal assimilé. Les plus jeunes apprécieront sans doute ce récit fantastique honnête et sans inventivité, énième déclinaison d’un univers pourtant si riche… Quant aux autres, ceux qui apprécient le fantastique, lisent des bandes dessinées du genre, vont au cinéma applaudir Peter Jackson, jouent parfois à Donjons et Dragons… ils vont vers une déception, en dépit d’un honnête travail. Il faut espérer un deuxième tome plus original et moins plat.


Gilles Ferragu
( Mis en ligne le 17/07/2007 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd