L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Lundi 18 novembre 2019
  
 
     
Le Livre
Bande dessinée  ->  
Comics
Manga
Historique
Réaliste
Fantastique
Science-fiction
Policier - Thriller
Aventure
Humour
Adaptation
Jeunesse
Les grands classiques
Chroniques - Autobiographie
Revues, essais & documents
Entretiens
Illustrations, graphisme et dessins d’humour
Autre

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Bande dessinée  ->  Fantastique  
 

Pirates des Amériques ?
Francesco Artibani   Alessio Coppola   Jimmy Jones (tome 1) - Le Capitaine du Polyphème
Les Humanoïdes associés 2007 /  12.90 € - 84.5 ffr. / 48 pages
ISBN : 9782731617566
FORMAT : 24x32 cm
Imprimer

Jimmy Jones, tout juste quinze ans et déjà des rêves plein la tête : entre autres, celui de devenir marin, capitaine au long cours … encore faut-il savoir faire des nœuds et là, le bât blesse. Nous sommes en 1723, dans le XVIIIe siècle colonial, à Newport, au cœur des 13 colonies anglaises des Amériques. Le commandant Baker, beau père de Jimmy est un sévère (borné ?) officier anglais, chasseur de naufrageurs et de pirates. La mère de Jimmy est une séduisante jeune femme, fille d’un célèbre amiral anglais, Ringold, bonne mère et bonne épouse. Toute la petite famille vit dans une belle demeure coloniale, et les méchants pirates finissent pendus. Mais la réalité est moins reluisante. Le commandant Baker n’aime guère Jimmy, et se languit dans son poste américain, sans beaucoup d’espoirs de retour à Londres. Mme Jones cache manifestement beaucoup de secrets, tant à son époux qu’à son fils, et son histoire est plus complexe qu’il n’y paraît. Quant à Jimmy, il n’attend qu’une occasion pour prendre le large. Et cette occasion survient le jour même de son anniversaire, sous l’apparence d’un héritage, celui de l’amiral Ringold brutalement décédé. Voilà Jimmy devenu propriétaire du Polyphème, le navire familial, et de son équipage… pour le moins inquiétant. L’occasion est trop belle, mais le Polyphème n’est-il qu’un simple navire ? et qui était exactement le grand père Ringold ?

Il y a des recettes qui marchent systématiquement : le jeune homme qui devient capitaine de vaisseau (pirate ?) par un hasard étrange, et qui se retrouve précipité dans une aventure fantastique est un classique, renouvelé par le cinéma, et qui fonctionne à merveille. Dans « Le Capitaine du Polyphème », premier tome de la série Jimmy Jones, Francesco Artibani (Le Maître rouge, Monster Allergy) au scénario, et Alessio Coppola (Monster Allergy) au pinceau entraînent leur lecteur dans un récit historique qui vire largement de bord au cours de l’album pour devenir un conte fantastique. Devenu capitaine d’un vaisseau pour le moins inquiétant (pirate ?), accompagné d’un animal familier (un chat aux allures démoniaques), Jimmy Jones va découvrir que le vaisseau de grand-père Ringold est une porte vers un enfer maritime, peuplé de démons. On passe des Contrebandiers de Moonfleet à Pirate des Caraïbes, de manière à la fois efficace et très intrigante. Suspendu aux basques de Jimmy, le lecteur découvre cet héritage improbable ainsi que les menaces qu’il recèle. Un scénario bien mené, qui pose parfaitement le décor (la famille, l’équipage, le fantastique) avant d’entrer dans le vif du sujet. Le graphisme, encore en rodage, évolue également, passant d’un réalisme un peu classique et pas très original, à une représentation plus fantastique dès que l’on aborde le Polyphème. Les trognes de l’équipage relèvent clairement de la fantaisie: la tête de gargouille de la vigie, celle de crapaud de l’avoué anglais, tranchent avec l’humanité un peu lisse du commandant Baker et des habitants de Newport. Le graphisme, comme le récit, laisse deviner un tournant fantastique important et une appropriation progressive de cet univers par le dessinateur.

Les amateurs de piraterie apprécieront ce premier tome qui, lentement, pose le décor et démarre l’aventure sans temps mort et sans excès de rapidité. Un bon timing pour une série qui se lance et qui plaira tant aux adolescents en quête de grand large, qu’aux lecteurs de fantasy maritime.


Gilles Ferragu
( Mis en ligne le 25/10/2007 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Pirates des Caraïbes 1 & 2 – Editions Blu-Ray
       de Gore Verbinski , Johnny Depp , Geoffrey Rush , Orlando Bloom , Keira Knightley
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd