L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mercredi 20 mars 2019
  
 
     
Le Livre
Bande dessinée  ->  
Comics
Manga
Historique
Réaliste
Fantastique
Science-fiction
Policier - Thriller
Aventure
Humour
Adaptation
Jeunesse
Les grands classiques
Chroniques - Autobiographie
Revues, essais & documents
Entretiens
Illustrations, graphisme et dessins d’humour
Autre

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Bande dessinée  ->  Science-fiction  
 

Tombe la neige
Héctor G. Oesterheld    Francisco Solano  López   L’Éternaute (vol.1)
Vertige Graphic 2009 /  20 € - 131 ffr. / 128 pages
ISBN : 978-2-84999-029-2
FORMAT : 29x22 cm
Imprimer

Louées soient les éditions Vertige Graphic pour nous permettre de découvrir enfin ce classique de la bande dessinée argentine parue à la fin des années 50. Le public francophone connaît un peu plus le remake, dessiné par Alberto Breccia, et paru en 1993 chez les Humanos. Il s’agit ici de la version originale, soit un must de la bande dessinée de science-fiction, une saga étonnante, et réellement passionnante.

Après un prologue aussi insolite qu’intrigant (le héros du titre débarque chez le scénariste de bande dessinée pour lui raconter son histoire), le récit peut commencer. C’est une nuit à l’apparente quiétude, dans la banlieue de Buenos Aires. Juan Salvo reçoit chez lui quelques amis pour une partie de cartes. À l’étage, sa femme lit et sa fille dort paisiblement. Mais tout bascule mystérieusement, imperceptiblement d’abord : quelque chose se passe dehors, un fracas de voitures, puis un étrange silence et surtout une drôle de neige qui commence à tomber sur la ville. Une neige phosphorescente dont semble émaner de dangereuses radiations, et qui recouvre peu à peu tous les trottoirs de la ville.

Très vite, pour Juan et ses compagnons, il faut s’organiser. La preuve est faite que ces flocons sont mortels. Une combinaison hermétique est fabriquée à la hâte pour permettre une sortie hors de la maison-refuge. À l’extérieur, c’est la désolation, la consternation. Tout est mort, anéanti. Au loin, d’inquiétantes boules lumineuses traversent le ciel pour s’écraser à terre, toujours au même endroit : il s’agit bel et bien d’une invasion extra-terrestre et après la panique qui fait s’entretuer les survivants c’est l’organisation militaire et la froide raison qui doivent impérativement reprendre le dessus.

C’est le début d’une aventure palpitante, où les auteurs s’attachent à décrire minutieusement les actions des personnages et à rester proches des doutes et des peurs des protagonistes. Si les moments de bravoure sont nombreux, l’essentiel est ailleurs, dans cette atmosphère particulière, oppressante, et dans cette peur éprouvée par des gens simples, lorsque le quotidien si tranquille dérape soudainement. L’ambiance est toujours particulièrement soignée et certains passages s’accrochent à la rétine : la neige sur la ville — sorte d’antithèse d’une « Stille Nacht » de noël — la première sortie à l’extérieur, la découverte des envahisseurs, le camps retranché dans un stade… Œsterheld et Solano savent rendre particulièrement angoissant et expressif leur récit et si au final l’originalité du scénario (tout du moins dans cette première partie) reste à démontrer, c’est dans la mise en forme que les artistes argentins font leur preuve. Les mots d’un côté, précis, pesants, marqués. Et le dessin de l’autre, tranché, expressif, et si le trait est certes académique il est relevé par un noir et blanc glacial et séduisant.

Des récits de survivants, de la littérature au cinéma, on en a en effet lu/vu des tonnes. Mais celui-ci pourrait donc faire figure de mètre étalon, de modèle tant chaque phase du récit s’attache méthodiquement à ne rien oublier, prouvant que les auteurs ont réfléchi chaque action, se mettant à la place de leurs personnages et réfléchissant jusque dans les moindres détails à ce qui se passerait dans la réalité si un tel événement se produisait. Tout le récit relève ainsi d’une grande précision, se prélassant dans le temps non-imparti (feuilleton à suivre oblige !) et n’épargnant aucun détail. On pourra trouver certains passages bavards, d’autres ont sans doute un peu vieilli, mais l’ensemble reste d’une impeccable maîtrise, et élève le genre au rang de grand art.

Vertige Graphic publie donc ici le premier volume d’une trilogie. Pour l’occasion, les pages originales ont été recherchées, certaines manquantes ont été piochées dans les publications d’époque. Le tout est un petit événement éditorial, et un pur bonheur pour les bédéphiles.


Alexis Laballery
( Mis en ligne le 28/04/2009 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Ernie Pike (vol. 2)
       de Hugo Pratt , Héctor G. Oesterheld
  • L’Éternaute (vol.2)
       de Héctor G. Oesterheld , Francisco Solano López
  • L’Éternaute (vol.3)
       de Héctor G. Oesterheld , Francisco Solano López
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd