L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Vendredi 25 septembre 2020
  
 
     
Le Livre
Bande dessinée  ->  
Comics
Manga
Historique
Réaliste
Fantastique
Science-fiction
Policier - Thriller
Aventure
Humour
Adaptation
Jeunesse
Les grands classiques
Chroniques - Autobiographie
Revues, essais & documents
Entretiens
Illustrations, graphisme et dessins d’humour
Autre

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Bande dessinée  ->  Science-fiction  
 

Perdu dans l’espace ?
Hugues Fléchard   Stéphane Douay   Matière fantôme (tome 1)
Dupuis - Empreinte(s) 2006 /  13 € - 85.15 ffr. / 48 pages
ISBN : 2800137975
FORMAT : 24 x 32 cm
Imprimer

Dans le palmarès des situations angoissantes, se réveiller nu, seul dans le noir, dans un vaisseau spatial à la dérive peut légitimement prétendre à une place dans le tiercé de tête… et c’est ce qui arrive à un homme qui, perdu dans son vaisseau, doit tenter de reconstituer son passé pour comprendre comment il en est arrivé là. Matière fantôme, premier tome d’une trilogie qui relève autant du conte philosophique que de la science-fiction, commence assez fort : aussi égaré que le héros, le lecteur va devoir chercher les indices pour expliquer la catastrophe survenue sur le vaisseau (la disparition de tout l’équipage et des passagers, ainsi que des robots). Un indice, inattendu : les robots, avant de tomber en panne, ont peint une immense fresque explicative… mais qu’il faudrait pouvoir déchiffrer : il faut bien une vie pour cela, avec, au final, un constat terrible concernant la nature même du vaisseau…

Le scénario de Hugues Fléchard est original, intrigant, comme un cauchemar récurrent, celui d’un immense huis clos dans une immense machine dont on craint de comprendre ce qu’elle représente exactement. Certes, il y a peu d’action et encore moins de dialogues, juste une errance et une enquête à une voix… mais tel quel, l’ouvrage est déconcertant dans un premier temps, puis troublant et l’on se prend à lire rapidement pour savoir (nous aussi) ce qu’il en est exactement de ce vaisseau déglingué et de son Robinson Crusoé moderne privé de Vendredi. Les fans du jeu Myst apprécieront sans doute cette sensation bizarre d’un monde à la fois familier, aussi sombre et angoissant que le Nostromo d’Alien, et aux mécanismes en même temps incompréhensibles, voire inimaginables. Et dans cette aventure, le graphisme de Stéphane Douay, déjà remarqué pour un Don Quichotte, fait merveille. Ce dernier n’a pas lésiné sur les plans larges, où l’homme minuscule et maigrelet contraste avec l’immensité technologique du vaisseau, servi il est vrai par le magnifique travail de coloriste d’Irène Häfliger, qui a su donner au décor une densité particulière, et livré avec la fresque des robots une vraie œuvre d’art.

Récit initiatique ? Conte philosophique ? Huis clos métaphysique ? Il y a un peu de tout cela dans un récit qui tranche avec la production SF ordinaire, et l’on a hâte de savoir si le tryptique pensé par les auteurs tiendra les promesses d’un premier album très réussi.


Gilles Ferragu
( Mis en ligne le 16/04/2006 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd