L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mercredi 17 juillet 2019
  
 
     
Le Livre
Bande dessinée  ->  
Comics
Manga
Historique
Réaliste
Fantastique
Science-fiction
Policier - Thriller
Aventure
Humour
Adaptation
Jeunesse
Les grands classiques
Chroniques - Autobiographie
Revues, essais & documents
Entretiens
Illustrations, graphisme et dessins d’humour
Autre

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Bande dessinée  ->  Science-fiction  
 

Pilotage automatique
Pierre Christin   Jean-Claude Mézières   Valérian et Laureline (tome 20) - L'Ordre des Pierres
Dargaud 2007 /  9.80 € - 64.19 ffr. / 48 pages
ISBN : 2205057235
FORMAT : 22x30 cm
Imprimer

Valérian agent spatio-temporel occupe une place un peu à part dans le domaine de la science-fiction, car elle est considérée comme la première bande dessinée française du genre. Il y a quarante ans cette année, Jean-Claude Mézières et Pierre Christin créaient, un peu à l'aveuglette, le monde de Galaxity dans les pages du journal Pilote.
A l'opposé de cette science-fiction tape-à-l'oeil et prétentieuse à laquelle nous ne sommes que trop habitués, Valérian se caractérise par sa fraîcheur et son inventivité. En parfaite harmonie, le scénariste et le dessinateur ont su développer un space opera à visage humain, qui traite ouvertement de thématiques politico-sociales, tout en accordant une large place à l'humour.

Dans les 10 premiers albums, Valérian, homme d'action efficace mais parfois un peu balourd, et sa compagne Laureline, jolie rouquine à l'intelligence vive et au comportement fougueux, sont deux agents travaillant pour le service spatio-temporel de Galaxity (c'est-à-dire la Terre du futur). À bord de leur astronef, ils parcourent l'espace et parfois le temps pour mener à bien leurs missions. Jusqu'à ce que l'une d'entre elles les oblige à modifier le passé de la Terre, remettant en cause la naissance même de Galaxity.
Privés de leur employeur et surtout de leur foyer, Valérian et Laureline sont désormais des vagabonds de l'espace, des mercenaires galactiques voyageant d'une planète à l'autre au gré des événements. Malgré tout, ils n'abandonnent pas l'espoir de revoir un jour leur planète d'origine, disparue de l'univers connu et « expédiée en un lieu assez improbable ».

La quête de Galaxity est le thème du nouveau cycle, inauguré par l'album précédent, Au bord du Grand Rien. Dans L'Ordre des Pierres, Valérian et Laureline ont rejoint une expédition dont le but est d'explorer le Grand Rien, zone inconnue de l'univers où pourrait se trouver Galaxity. L'équipage se heurte bientôt à la menace des Wolochs, pierres gigantesques et destructrices apparemment habitées par une intelligence malfaisante. Leur existence semble liée à une entité mystérieuse, l'OuvreTemps, qui pourrait mettre nos héros sur la trace de leur planète disparue...

On retrouve donc pour la vingtième fois notre couple de baroudeurs spatio-temporels préférés. Comme toujours, Valérian et Laureline côtoient un impressionnant bestiaire extra-terrestre : Molto Cortes, le navigateur stellaire au look de marin vénitien, le docteur Chal'Darouine, vieux poulpe savant coiffé d'un chapeau melon, mais aussi de vieilles connaissances comme les triumvirs de Rubanis ou le bouillonnant schniarfeur.
Les allées et venues de tout ce petit monde dans l'immensité du Grand Rien se laissent lire avec un certain plaisir, même si, depuis quelques albums, les histoires concoctées par Pierre Christin semblent manquer quelque peu d'envergure et de charme par rapport aux albums de la « grande époque ». Les habitués de la série y trouveront tout de même leur compte, d'autant que l'enjeu du cycle est d'importance, et la perspective de sa conclusion (qui pourrait bien être aussi celle de la série) alléchante.
L'excellent Jean-Claude Mézières, égal à lui-même, met en images le récit avec talent et décontraction. Comme dans les deux albums précédents, il s'offre même le plaisir de réaliser quelques planches en couleurs directes ; le reste de l'album bénéficiant comme toujours du savoir-faire de la coloriste Evelyne Tranlé.

Un album de routine, donc, dans la lignée du précédent : agréable, mais sans surprise. On compte sur les auteurs pour clore le cycle avec un peu plus de punch.


Michaël Bareyt
( Mis en ligne le 23/01/2007 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Valérian (tome 19)
       de Pierre Christin , Jean-Claude Mézières
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd