L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Dimanche 20 juin 2021
  
 
     
Le Livre
Bande dessinée  ->  
Comics
Manga
Historique
Réaliste
Fantastique
Science-fiction
Policier - Thriller
Aventure
Humour
Adaptation
Jeunesse
Les grands classiques
Chroniques - Autobiographie
Revues, essais & documents
Entretiens
Illustrations, graphisme et dessins d’humour
Autre

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Bande dessinée  ->  Chroniques - Autobiographie  
 

De la révolution en art
Ángel  de la Calle   Tina Modotti
Vertige Graphic 2011 /  26 € - 170.3 ffr. / 272 pages
ISBN : 9782849990971
FORMAT : 17x24 cm
Imprimer

Pour parler de soi, il est parfois plus facile de parler d’une autre. C’est le sens du travail d’Ángel de la Calle, qui réalise un livre tout à fait personnel en même temps qu’une biographie précise et documentée de Tina Modotti.

Tina Modotti, photographe et révolutionnaire, est une des figures internationales de l’entre-deux-guerres de gauche. Née en Italie, c’est en Californie et au Mexique qu’elle s’accomplit et s’intègre à l’intelligentsia : femme libérée, elle pose nue, s’associe au parti communiste, change d’amant régulièrement. De quoi fâcher la bonne société, qui l’accusera du meurtre de Julio Mella, le principal opposant à la dictature cubaine et son dernier homme en date. Expulsée du Mexique, Tina s’exile alors en Allemagne, puis en Russie. En tant que petit soldat du communisme, elle participe à des missions qui l’envoient partout en Europe, jusqu’à la guerre d’Espagne à laquelle elle participe activement. La course s’arrête en 1942, à nouveau au Mexique, par une mort qu’Ángel de la Calle imagine volontiers comme un assassinat.

Il y a donc de quoi faire, et on comprend pourquoi le dessinateur, militant et artiste d’aujourd’hui, s’est senti fasciné par le destin de cette femme. A travers ce portrait de vingt ans, il peut rendre compte de la lutte des grandes idéologies, dans ses moments les plus forts : montée du fascisme en Allemagne, mort de Trotsky, épuration stalinienne, pacte germano-soviétique… C’est aussi l’occasion de dresser la liste des personnalités historiques qui compte à ses yeux, car Tina les a tous rencontrés : Dos Passos, Frida Kahlo, Eisenstein, Aragon… De la Calle fantasme même quelques rencontres de plus, pour pouvoir caser Walter Benjamin ou James Joyce.

A moins de connaissances préalables, on est vite submergé par le poids de cette culture maîtrisée et documentée. Heureusement, le dessinateur n’oublie jamais les précisions ou les notes de bas de page qui nous permettront de nous repérer.
Mais au milieu de tout ce récit, nous retrouvons aussi des séquences au présent, où l’auteur raconte ses recherches, ses rencontres et ses rêveries. Sans doute d’abord par souci d’objectivité, de la même façon qu’il complète le livre par des photographies de Tina, ses planches non retenues, les prologues des éditions originales et une bibliographie. Mais aussi pour souligner la proximité, et peut-être la différence, entre leurs deux pratiques du militantisme.

Tina Modotti n’a jamais remis en question la ligne du parti. Elle a évolué peu à peu pour devenir une femme dogmatique, même si toujours passionnée. Quitte à dissimuler la vérité sur bon nombre d’événements. Elle a même abandonné la photographie, pour se consacrer à la politique. Ángel de la Calle lui oppose un engagement d’aujourd’hui, plus complexe. Cofondateur d’un festival ancré à gauche, il passe un accord avec Pepsi et milite pour la confusion en politique. Surtout, il dessine. Retravaillant ses cases autant que possible par des hachures innombrables ; intégrant à sa bande ses hésitations, ses sources, des tableaux et des citations célèbres, de Grosz à Picasso. Pour bien affirmer que l’engagement n’est pas incompatible avec la subtilité.

Comme une grande fresque, douloureuse, mais passionnée.


Clément Lemoine
( Mis en ligne le 17/07/2011 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2021
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd