L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Dimanche 8 décembre 2019
  
 
     
Le Livre
Bande dessinée  ->  
Comics
Manga
Historique
Réaliste
Fantastique
Science-fiction
Policier - Thriller
Aventure
Humour
Adaptation
Jeunesse
Les grands classiques
Chroniques - Autobiographie
Revues, essais & documents
Entretiens
Illustrations, graphisme et dessins d’humour
Autre

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Bande dessinée  ->  Chroniques - Autobiographie  
 

Frères d’armes
Bruno Ricard   Sylvain Ricard   Christophe Gaultier   Clichés Beyrouth 1990
Les Humanoïdes associés - Tohu Bohu 2004 /  12.35 € - 80.89 ffr. / 160 pages
ISBN : 2-7316-1568-0
FORMAT : 16,5 x 23 cm
Imprimer

En septembre 1990, Sylvain et son frère Bruno partent à Beyrouth pour y rejoindre leur tante qui travaille au sein de la Croix-Rouge. Le pays est en guerre et, le diplôme de secouriste en poche, les jeunes gens ont la ferme intention de se rendre utiles. Mais arrivés au Liban, les deux frères déchantent quelque peu devant une situation qui n’est pas aussi simple que prévue : le conflit est complexe et violent. Il touche tout le monde et les alliés d’un moment peuvent se retrouver ennemis un instant plus tard. Le mois que passeront les deux frères sur le terrain sera éprouvant et terrifiant, mais il sera aussi et surtout émaillé de nouvelles amitiés et d’instants précieux de générosité humaine.

Plus de dix ans après les faits, Sylvain et Bruno Ricard décident de porter sur le papier cette expérience inoubliable. Grâce aux crayons du complice Christophe Gaultier, le récit va pouvoir maintenant se dérouler en images ; le souvenir est partagé et devient témoignage émouvant, histoire captivante. Le changement de ton est radical pour le duo formé par Sylvain Ricard et Gaultier. Après les péripéties un peu folles de l’équipe du Cirque aléatoire, voilà en effet les auteurs aux prises avec une réalité indétournable. Les tonnes de photographies prises par Sylvain et Bruno lors de leur périple servent de documentation première au dessinateur. Avec un trait encore plus déstructuré que d’habitude, Gaultier promène les longues silhouettes dégingandées des deux frères à travers une région du Liban désolée et en proie au chaos le plus total. Le crayon est rapide et semble ignorer le repentir : les dessins jouent ainsi la carte du carnet de voyage réalisé en plein cœur de l’action. Le récit est raconté au jour le jour, faisant part avec le même recul de l’événement anodin comme du plus dramatique.

Les premiers jours à Beyrouth sont marqués par une certaine frustration pour les deux frères. On ne leur confie aucune tâche importante et dans cette région quotidiennement bombardée, l’ennui fait paradoxalement son entrée. Mais la suite des événements va mener Sylvain et Bruno au cœur de l’action et leur regard innocent et naïf va peu à peu se voiler devant la réalité d’un conflit qui ne semble avoir de solution. «  Le Liban est la terre de toutes les religions. Il ressemble aujourd’hui à un puzzle que personne ne peut assembler », commente un aumônier. Sur les tenants et aboutissants du conflit, les deux frères réaliseront l’écart entre la réalité du terrain et ce qui en est dit par des journaux d’informations européens toujours trop pressés.

En lisant Clichés Beyrouth 1990, on pense parfois au Photographe de Lefèvre et Guibert. La situation de départ est proche et, dans les deux cas, le lecteur suit le parcours quasi initiatique d’un personnage extérieur au conflit qui fait rage. Il y a aussi cette même attention constante portée au quotidien d’un peuple pris en otage par les combats. Et le duo de frères s’efface alors discrètement pour laisser la place à tous ces anonymes, à leur force et leur courage, sans oublier de relater les moments les plus surréalistes d’une vie marquée par la guerre. Ici, c’est tout un groupe réfugié dans les caves qui pendant un bombardement nocturne regardent solennellement Rocky 3 à la télévision.

Clichés Beyrouth 1990 est un bel album, spontané, sensible et généreux, usant avec justesse de changements de tons, comme dans la vie, et ne sombrant jamais dans un pathos indigeste. À noter également le choix des auteurs de reverser la totalité de leurs droits à une association d’aide aux personnes des quartiers pauvres de Beyrouth.


Alexis Laballery
( Mis en ligne le 31/10/2004 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Le Photographe (tome 1)
       de Didier Lefèvre , Emmanuel Guibert , Frédéric Lemercier
  • Le Photographe (tome 2)
       de Didier Lefèvre , Emmanuel Guibert , Frédéric Lemercier
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd