L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Samedi 29 février 2020
  
 
     
Le Livre
Bande dessinée  ->  
Comics
Manga
Historique
Réaliste
Fantastique
Science-fiction
Policier - Thriller
Aventure
Humour
Adaptation
Jeunesse
Les grands classiques
Chroniques - Autobiographie
Revues, essais & documents
Entretiens
Illustrations, graphisme et dessins d’humour
Autre

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Bande dessinée  ->  Chroniques - Autobiographie  
 

Un héros très discret
Stéphane Levallois   La Résistance du sanglier
Futuropolis 2008 /  23  € - 150.65 ffr. / 120 pages
ISBN : 978-2-7548-0184-3
FORMAT : 22x30 cm
Imprimer

Le livre commence par une succession de petits souvenirs, petites madeleines piochées indistinctement et libérées, a priori, de toute contrainte dramatique. Stéphane se remémore des vacances chez sa grand-mère, et s’attache aux détails qui décoraient ces journées d’alors. Rien de plus banal qu’un portail de jardin, une toile cirée, une horloge au mur, un calendrier des postes dans les toilettes, ou les pieds d’une table sculptés en forme d’animaux. Objets du quotidien que seuls les enfants savent voir avec des yeux toujours fascinés. Et c’est une banalité dès lors ancrée dans la mémoire comme une suite de repères inusables, d’instants éparpillés dans une vie. Dans cette première partie de l’album, l’auteur fait déjà appel à la mémoire, c’est le thème de son livre, puisant dans ses souvenirs pour y extirper une ambiance, une impression fugitive.
Et dans cette atmosphère de douce mélancolie un peu onirique, un peu floue, le glissement vers le sujet principal peut dès lors avoir lieu. Le devoir de mémoire est en route, et se remémorer son passé amène naturellement à remonter les branches de l’arbre généalogique. Après s’être plongé ainsi dans ses propres souvenirs, Stéphane peut raconter autre chose, revivre hier, et parler enfin de son grand-père. Un homme qu’il n’a pas connu mais à qui, lui dit souvent sa mère, il ressemble beaucoup. Dans la maison de vacances, Stéphane, enfant et adulte à la fois, sent la présence de son grand-père. C’était quelqu’un de très fort. Fort comme un bœuf. Ou un sanglier.

Entracte et acte 2 du livre donc : voici cette fois quelques moments choisis dans la vie d’un héros ordinaire. Bernard, boucher dans le Loir et Cher, homme simple au-dessus de tous soupçons, et résistant pendant la guerre. Il cache des armes, se fout de la trogne des nazis, aide des juifs à s’enfuir… Il ne fait pas partie d’un grand réseau, et il semble le plus souvent bien seul. Mais voilà un homme qui, à son échelle, n’arrête pas de mettre des bâtons dans les roues des jeeps allemandes. Un héros discret, parmi d’autres.
En choisissant de donner à son grand-père le visage d’un sanglier, Stéphane Levallois en fait une légende, quasi un super héros, un modèle. En se regardant dans le miroir, l’auteur cherche à voir son grand-père comme sa mère peut le faire. Et témoigner enfin de l’existence de cet homme extraordinaire. Pas de scénario calibré ici, juste une série de courtes scènes, rappelant la première partie du livre ; les souvenirs et les échos du passé reviennent avec le même rythme. Comme si, à travers le travail de Stéphane c’était Bernard le grand-père qui pouvait revenir souffler ses mémoires.

À coups de griffures, de taches, de débordements flous et de coulures, le dessinateur compose de superbes planches où la mélancolie grisâtre d’une époque envolée – celle de l’enfance que l’on cherche à retrouver – laisse peu à peu la place à une violence brutale, une terrifiante réalité. Dans ces gris de cendre et ces noirs charbonneux, se fixe peu à peu une émotion rude et implacable. Et le pari esthétique initial risqué d’affubler le personnage du grand-père d’une tête de porc sauvage est gagné avec une belle assurance, laissant dans la tête du lecteur des images fortes, d’une noirceur âpre mais distinguée.

Un très beau livre sur la mémoire et la transmission.


Alexis Laballery
( Mis en ligne le 16/09/2008 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Le Dernier Modèle
       de Stéphane Levallois
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd