L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Dimanche 22 septembre 2019
  
 
     
Le Livre
Bande dessinée  ->  
Comics
Manga
Historique
Réaliste
Fantastique
Science-fiction
Policier - Thriller
Aventure
Humour
Adaptation
Jeunesse
Les grands classiques
Chroniques - Autobiographie
Revues, essais & documents
Entretiens
Illustrations, graphisme et dessins d’humour
Autre

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Bande dessinée  ->  Policier - Thriller  
 

« chercher objet caché »
 Gess   Un destin de trouveur - Les Contes de la Pieuvre
Delcourt 2019 /  25.50 € - 167.03 ffr. / 224 pages
ISBN : 9782413007999
FORMAT : 19,8x26,3 cm
Imprimer

Certaines personnes ont le chic pour perdre à peu près tout ce qu’on leur
confie… d’autres ont le talent de tout trouver : c’est le cas d’Emile
Farges, un inspecteur de la police parisienne, doté d’une capacité
particulière, celle de trouver ce qu’il cherche. Une carte, un caillou lancé
dessus et il sait ! Dans la France uchronique des Contes de la
Pieuvre
, Farges est un trouveur, un « Talent », d’aucuns diraient un
mutant dans d’autres univers… Et ces talents se partagent entre deux camps,
celui de l’ordre, de la loi, ou de la morale, et celui du crime, du lucre.
La pieuvre, organisation criminelle qui exploite ces talents, s’intéresse à
Farges, mais comment le fléchir et l’attirer ? Par un kidnapping peut être :
en enlevant son épouse et sa fille… afin de lui faire trouver l’épouse et la
fille d’un des chefs de la Pieuvre, « la Bouche », dont le talent est de
séduire. Un mécanisme terrifiant se met en branle… car on n’échappe pas à la
pieuvre, une fois qu’elle a mis le tentacule sur vous. A moins que Farges
n’ait avec lui quelques atouts insoupçonnés, comme le gang féministe et
anarchiste de Mama Brûleur, une bande de femmes toutes dotées de talents
divers et consacrées à l’aide aux femmes victimes de violence. Et puis il y
a la police, les collègues, le petit peuple de Paris qui apprécie ce
redresseur de torts. Farges pourrait peut-être s’en sortir ? Mais il doit
pour cela se mesurer aux talents dressés par la Pieuvre. A ce jeu, il faut,
plus que du talent, de l’intelligence et un peu d’amour…

A lire ce nouvel opus des contes de la pieuvre, une référence vient
immédiatement à l’esprit : Tardi, celui d’Adèle Blanc-Sec et d’un Paris 1900
peuplé de créatures légendaires. Gess, avec bonheur, organise la rencontre
entre l’uchronie à la française et le comics américain. Un peu comme La
Brigade chimérique
, extraordinaire déclinaison du mythe des super héros
dans les années 30, ces Contes de la Pieuvre révèlent tout à la fois
un scénariste roué, amateur d’intrigues tortueuses et de personnages hauts
en couleurs, et un dessinateur inspiré, qui donne au Paris populaire un
cachet particulier et poétique. C’est aussi une ambiance, celle des bas
fonds parisiens, du monde des apaches, de Casque d’or et de Ravachol. Et au-
delà de ça, un récit initiatique sur le destin, les talents justement, mais
aussi la société et ses inégalités, ou encore l’amour et ce qu’il entraîne
de beau et de terrible. Et comme chez Tardi, on sent une empathie immense
entre l’auteur et ses personnages, ce gang d’anars féministes luttant contre
l’injustice ou même ce jeune homme surnommé la bête, et qui trouverait
parfaitement sa place dans un des films de Miyazaki. L’une des plus belles
scènes voit le peuple parisien se rassembler pour crier justice, une belle
métaphore.

L’album est donc beau, réussi, captivant… mais pas seulement. Après La
Malédiction de Babel
, Gess confirme à la fois l’originalité de son style
et la richesse de son univers, poétique et violent. C’est un autre XIXe
siècle qui émerge, plus brutal mais aussi plus chaud, plus passionné. Et
c’est surtout un récit fantastique de haute volée, qui nous change de ces
comics américains sans originalité et dédiés à la seule exploration
plastique des muscles du corps humain : avec ces Contes, on découvre une
véritable intrigue, et des personnages anguleux et attachants, dans un décor
parisien familier et déroutant en même temps. Une valeur sûre.


Gilles Ferragu
( Mis en ligne le 02/05/2019 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • La malédiction de Gustave Babel
       de Gess
  • Jour J (tome 7)
       de Jean-Pierre Pécau , Fred Duval , Gess
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd