L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Lundi 17 février 2020
  
 
     
Le Livre
Bande dessinée  ->  
Comics
Manga
Historique
Réaliste
Fantastique
Science-fiction
Policier - Thriller
Aventure
Humour
Adaptation
Jeunesse
Les grands classiques
Chroniques - Autobiographie
Revues, essais & documents
Entretiens
Illustrations, graphisme et dessins d’humour
Autre

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Bande dessinée  ->  Policier - Thriller  
 

Black is black
Frank Richard   Lorenzo Lanzi   Des Eclats de nuit
Glénat 2000 /  12.06 € - 78.99 ffr. / 84 pages
ISBN : 2-7234-3320-X
FORMAT : 24 X 32
Imprimer

La belle collection "Grands Chapitre" s'offre avec ces Eclats de nuit un diamant noir de la plus belle eau : la réalisation soignée (couverture souple et résistante comme on sait désormais les faire, impression impeccable et format généreux) méritait un album à la hauteur. Le scénariste Frank Richard est allé chercher son inspiration aux sources les plus troublées du polar. L'intrigue est simple et les coups de poings, de surin ou de revolver tiennent lieu d'action. Il s'agit des démêlés d'un truand sur le point de blanchir sa fortune et d'un inspecteur de police qui lui voue une haine inexpiable. Et c'est ce dernier que l'on suit de préférence, à travers un itinéraire torturé qui l'amène chaque soir dans un club sadomasochiste où il aime à oublier ses petits soucis de la journée.

Le dessin de Lorenzo Lanzi impose ici son style impeccable, et dans un style très différent, promet une relève éclatante à la grande tradition italienne du noir et blanc, qui ne s'arrêtera donc pas après les décès, ces dernières années, de Micheluzzi et Pratt... Et pourtant les références graphiques de Lanzi seraient plus probablement à chercher du côté de l'underground américain des années 80 pour la violence sans retenue ni complaisance du trait comme de l'encrage. Plus que des contrastes de noir et blanc, Lanzi joue avec brio des oppositions de hachurages. Les noirs griffés de blancs répondent ainsi aux blancs déchirés de noirs, et la générosité dans l'utilisation de l'encre de Chine comme les coups de plume rageurs qui donnent leur consistance aux peaux et aux visages font immanquablement penser au travail de Charles Burns. Les ciels torturés ou les éclairages électriques sont aussi traités dans une tradition expressionniste qui emprunte elle davantage à l'histoire de la gravure sur bois (la ville, comme la voyait Frans Masereel dans les années 20) qu'à celle de la BD.

Malgré l'obstacle des langues, les deux auteurs ont donc réussi cette première rencontre en se retrouvant dans une commune méfiance du réalisme : là où le scénario privilégie l'épure, le dessin impose des ambiance par le choix des perspective ou des cadrages plus que par la recherche des décors. Le Paris nocturne et contrasté, où l'on passe en quelques minutes des squatts de La Chapelle aux hôtels pour millionnaires de l'Opéra - par la rue de Maubeuge, c'est direct à pied - est ici évoqué avec une économie de moyens qui en rend la description indélébile. C'est le plus grand danger que vous courrez en lisant cet album: le noir dans lequel il est encré est de ceux qui ne s'effacent pas de si tôt.


Nicolas Balaresque
( Mis en ligne le 19/03/2001 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd