L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Samedi 7 décembre 2019
  
 
     
Le Livre
Bande dessinée  ->  
Comics
Manga
Historique
Réaliste
Fantastique
Science-fiction
Policier - Thriller
Aventure
Humour
Adaptation
Jeunesse
Les grands classiques
Chroniques - Autobiographie
Revues, essais & documents
Entretiens
Illustrations, graphisme et dessins d’humour
Autre

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Bande dessinée  ->  Aventure  
 

Alix l'intrépide
 Conrad    Wilbur   Tigresse Blanche (tome 6) - La Théorie du Mikado
Dargaud 2008 /  11.50 € - 75.33 ffr.
ISBN : 978-2-5050-0462-2
FORMAT : 22,5x30 cm
Imprimer

Rien ne va plus pour Alix Yin Fu ! Lâchée par ses camarades communistes, trahie par ses sœurs les Tigresses Blanches (qui se sont ralliées aux nationalistes de Tchang Kaï-Chek), la belle espionne chinoise ne peut plus compter que sur son mentor Maurice Rousseau, et sur Ji-Hui, son « Dragon de Jade ». Pour échapper aux prisons britanniques de Hong-Kong, le trio n'a d'autre choix que de pactiser avec les ennemis de la Nouvelle Chine. En effet, les services secrets américains (c'est-à-dire la CIA, qui vient d'être créée pour remplacer l'OSS) ont besoin de l'aide d'Alix pour s'approprier le trésor de guerre japonais, sur lequel ils comptent pour renflouer leurs caisses noires...

Avec « La Théorie du Mikado », la Tigresse Blanche de Didier Conrad entame un nouveau cycle d'aventures, dans la droite lignée du précédent. Depuis que Yann a quitté le navire (après avoir écrit les 2 premiers albums), Conrad et Wilbur (alias Sophie Commenge, compagne du dessinateur) ont pris le parti judicieux de se démarquer des Innommables – dont Tigresse Blanche est à l'origine un « spin-off » – pour développer un ton qui leur est propre. Même si l'humour est bien présent, les aventures d'Alix en solo sont nettement moins décalées que celles qu'elle a partagé jadis (ou plutôt qu'elle partagera, chronologiquement parlant) avec Mac, Tony et Tim. Ici, les auteurs nous proposent de véritables histoires d'espionnage, certes parodiques, mais solides et très documentées. Bien sûr, le jeu des références historiques était déjà présent dans Les Innommables ; mais là où Yann privilégiait l'anecdote et multipliait les clins d'œil savants, Conrad et Wilbur font de leur documentation un usage plus premier degré. Les aventures d'Alix, cette belle Tigresse évoluant dans la jungle des services secrets et des triades, permettent avant tout aux auteurs de nous décrire, sur le mode du divertissement, un contexte historique et géopolitique à la fois complexe, méconnu et passionnant : celui de l'Extrême-Orient de l'après-guerre. Nous assistons, en direct et de l'intérieur, aux débuts de la Guerre Froide, à la naissance de la CIA, à la guerre civile chinoise ; on nous offre même une visite guidée d'Hiroshima après la bombe... L'Histoire et la fiction s'entremêlent étroitement, au point que des personnages réels (tels que l'affreux Kang Sheng, chef des services secrets chinois, ou le farfelu Edward G. Lansdale, ancien publiciste devenu agent secret !) interviennent comme protagonistes à part entière.
En ce début de cycle, Conrad et Wilbur tissent minutieusement, patiemment, sans jamais les emmêler, les fils (de soie) d'une intrigue qui s'annonce toujours aussi tortueuse. « La théorie du mikado » est peut-être un poil (de tigresse) moins énergique que les albums précédents, car l'héroïne s'y montre plus passive qu'à son habitude, mais les dernières pages nous laissent supposer qu'elle devra déployer toute son habileté, dans les prochains tomes, pour retourner la situation à son avantage.
Sur le plan graphique, on retrouve avec plaisir le style familier de Didier Conrad. Pour cette série, le dessinateur emploie un découpage en 3 bandes, plus aéré que sur Les Innommables – un changement de rythme qui accompagne parfaitement le changement de ton. Cette fois, il s'autorise même de belles vignettes pleine page, qui lui permettent de planter le décor de chaque séquence tout en découpant l'histoire en chapitres.
Un seul regret : l'encrage, dans les derniers albums, semble moins soigné qu'auparavant (il faut dire que Conrad travaille à un rythme effréné depuis quelques années). Le trait y perd un peu en vigueur et en sensualité.

Une série toujours aussi divertissante et bien menée, qui réjouira les amateurs d'espionnage, d'Histoire et d'exotisme.


Michaël Bareyt
( Mis en ligne le 08/12/2008 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Tigresse Blanche (tome 4)
       de Conrad , Wilbur
  • Les Innommables (tome 12)
       de Yann , Conrad
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd