L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Vendredi 10 avril 2020
  
 
     
Le Livre
Bande dessinée  ->  
Comics
Manga
Historique
Réaliste
Fantastique
Science-fiction
Policier - Thriller
Aventure
Humour
Adaptation
Jeunesse
Les grands classiques
Chroniques - Autobiographie
Revues, essais & documents
Entretiens
Illustrations, graphisme et dessins d’humour
Autre

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Bande dessinée  ->  Aventure  
 

À la recherche de l’ombre perdue
Didier Comès   Les Larmes du tigre
Casterman 2000 /  10.53 € - 68.97 ffr. / 62 pages
ISBN : 2-203-33485-1
FORMAT : 23 X 32
Imprimer

Bannie de son village parce qu’elle a perdu son ombre, la belle Indienne "Petite Pisse Partout" vient chercher de l’aide auprès d’un chaman déchu, "Parle avec le feu". La magie et les connaissances de ce dernier les entraînent tous deux dans un voyage initiatique à travers les grands espaces enneigés du futur Canada. Au bout de ce périple, "Petite Pisse Partout" retrouvera plus que son ombre, puisque c’est son identité qui lui sera révélée. Dernière descendante du peuple Tigre, elle libérera l’esprit de son peuple avec l’aide du chaman. Ils se prépareront dès lors à relayer la légende d’un clan jusqu’alors oublié comme elle, comme lui.

Introduisant le tigre aux longues dents au pays des Indiens, Didier Comès laisse libre cours à son imagination pour bâtir une magnifique histoire qui mêle habilement l’aventure, le fantastique et le poétique. Il crée de toutes pièces un mythe dont les onze premières planches, entièrement muettes, nous donnent l’origine et installent l’atmosphère de l’histoire de "Celle qui a perdu son Ombre".

Didier Comès développe ici une philosophie humaniste et illustre le thème de la quête de soi, de la marginalité et de l’entraide. En effet, "Petite Pisse Partout", "Parle avec le feu" et "Pas très Grand" sont tous trois ces "autres" que Comès oblige à "s’exposer, à faire des choses qu’ils ne feraient certainement pas s’ils étaient dans les normes". Ces trois exclus se donnent la main pour aller jusqu’au bout de leur aventure : cette solidarité peut alors se muer en amour. Et c’est le baiser ultime entre la belle Indienne et le jeune chaman qui donne la clé pour délivrer l’esprit du "peuple Tigre". Cette scène est essentielle dans le récit, dans la mesure où elle porte une symbolique très forte : le baiser exprime en effet la complémentarité parfaite entre les deux Indiens, cet amour qui consiste à "se penser comme la partie d’un tout", comme l’exprimait Descartes. Ce sentiment pur pourra alors fonder une nouvelle tribu qui oublie sereinement les injustices.

Dans son dessin, Comès a développé une esthétique très originale fondée sur le noir et blanc et le recours aux images silencieuse et aux panoramas : selon lui, "une forme de respiration était nécessaire pour montrer ce que les gens voyaient ou subissaient par rapport à ce qu’ils vivaient". Parallèlement, il use également de plans très rapprochés, sur les visages, les objets ou même les décors : ces mouvements incessants évoquent ceux d’une caméra. Le lecteur se croirait au cinéma, installé dans cette bande dessinée à grand spectacle comme dans une parenthèse onirique

Merci, Monsieur Comès, pour ce chef d’oeuvre qu’il faut prendre le temps de savourer !


Thomas Bronnec
( Mis en ligne le 12/01/2001 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd