L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Samedi 28 mars 2020
  
 
     
Le Livre
Bande dessinée  ->  
Comics
Manga
Historique
Réaliste
Fantastique
Science-fiction
Policier - Thriller
Aventure
Humour
Adaptation
Jeunesse
Les grands classiques
Chroniques - Autobiographie
Revues, essais & documents
Entretiens
Illustrations, graphisme et dessins d’humour
Autre

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Bande dessinée  ->  Les grands classiques  
 

Entre rêve et réalité
Didier Comès   Eva
Casterman - Classiques 2003 /  12.50 € - 81.88 ffr. / 104 pages
ISBN : 2203397012
FORMAT : 22 x 29,5 cm
Imprimer

Les éditions Casterman poursuivent la réédition de leurs classiques de la bande dessinée avec Eva, enrichie d’une intéressante préface inédite du réalisateur Jan Kounen («Doberman», «Blueberry») qui éclaire l’œuvre de Comès. Ce dessinateur belge a produit dix bandes dessinées en trente ans. Si Silence éclipse un peu ses autres livres, cette nouvelle édition le replace parmi les grands artistes du neuvième art en permettant de découvrir ou de redécouvrir une de ses œuvres majeures : Eva.

Une panne de voiture pousse Neige à pénétrer dans une demeure isolée pour téléphoner. Les propriétaires, les jumeaux Eva et Ives, lui proposent de passer la nuit chez eux et d’appeler un garagiste le lendemain. Rapidement, Neige se laisse envoûter par l’atmosphère inquiétante de cette maison. Ives se dévoue totalement à sa sœur invalide et à sa passion : la création d’automates. Neige va s’immiscer dans la relation ambiguë qu’entretiennent les jumeaux. Malgré les risques encourus et poussée par sa curiosité, Neige va vouloir percer l’effroyable secret qui les lie.

Sur un scénario classique du genre fantastique – la voiture en panne et la découverte d’une maison isolée où vivent d'étranges personnes –, Comès réalise une bande dessinée passionnante et personnelle. On y retrouve les éléments récurrents de son œuvre : l’amour, la mort, les forces de la nature, le rêve, la fantasmagorie et l’attrait pour des personnages hors normes. Au niveau graphique, on ressent les influences d’Hugo Pratt et du cinéma expressionniste allemand.

L’esthétisme de l’œuvre frappe d’emblée le lecteur. Comès utilise le dessin au trait pur avec de larges à-plats noirs dramatisant l’image. Le choix du papier glacé de cette nouvelle édition renforce ce fort contraste du noir et du blanc. L’auteur dessine de manière très stylisée. La sobriété du graphisme tend vers l’abstraction, nous faisant basculer dans un monde étrange, dans une autre réalité, où le fantastique naît du quotidien.

Comès utilise le dessin, la pagination, la structure et les raccords entre ses cases pour nous faire entrer dans un univers claustrophobique. Le rythme hypnotisant de chaque planche, ponctué à intervalles assez réguliers par des intertitres sous forme de pages noires, annihile toute perception temporelle. On ne peut pas dire combien de temps s’écoule entre les chapitres, ni combien dure l’histoire dans sa totalité. L’action se déroule en huis clos entre la maison et le jardin. Un fort contraste sépare les extérieurs lumineux des intérieurs très sombres. Les corps et les visages des personnages occupent beaucoup de place dans les cases, où ne sont visibles que les détails nécessaires. De cette sensation d’étouffement découle un malaise. Les propriétaires de la maison s’enferment sur eux-mêmes, fuyant la réalité du monde. Comès déstructure l’espace par des cadrages de type expressionniste et par d’étranges perspectives. Il morcèle même les corps, comme on peut le voir sur la superbe page de couverture. En bousculant ainsi espace et temps, il traduit visuellement le déséquilibre mental : les angoisses, le refoulement des pulsions, la fuite de la réalité et la folie.

Son style sert le récit en créant un climat propice à la tension psychologique qui se noue entre les trois protagonistes. L’apparition de Neige remet en question le mystérieux microcosme, le rêve éveillé où se sont enfermés les jumeaux. Mais lorsqu’on vit dans les faux-semblants, entouré d’automates et de fantasmes, la révélation de la vérité peut être terriblement dangereuse…

Près de vingt ans après sa création (1984), Eva reste une œuvre fascinante. Sa puissance graphique, la qualité du scénario, la complexité des personnages lui ont permis de ne pas prendre une ride. A (re)découvrir.


Jean-Sébastien de Casamayor
( Mis en ligne le 22/10/2003 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd