L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Lundi 22 juillet 2019
  
 
     
Le Livre
Bande dessinée  ->  
Comics
Manga
Historique
Réaliste
Fantastique
Science-fiction
Policier - Thriller
Aventure
Humour
Adaptation
Jeunesse
Les grands classiques
Chroniques - Autobiographie
Revues, essais & documents
Entretiens
Illustrations, graphisme et dessins d’humour
Autre

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Bande dessinée  ->  Revues, essais & documents  
 

Drapé noir
 Collectif   Aaarg ! (N°6)
aaarg ! 2014 /  16.50 € - 108.08 ffr. / 276 pages
ISBN : 9782370310170
FORMAT : 22,5x31 cm

Contient un CD
Imprimer

Après un an et six numéros, Aaarg ! remporte indéniablement son pari. La revue de « bande dessinée & cultures à la masse » a réussi à se faire une place dans les librairies et à s’afficher parmi les références du moment. Le numéro anniversaire est donc double, assorti d’une « cantine » autoparodique, et à peine plus cher. Pourtant, la cause n’était pas gagnée, au vu des auteurs sélectionnés, plutôt en début de carrière et pas encore suivis par de nombreux fidèles. Un an plus tard, ces dessinateurs ne se baignent sans doute pas encore dans le champagne, et nous sommes toujours fortement conviés à nous abonner, mais du moins les numéros s’enchaînent-ils avec une bonne santé confondante et un public grandissant.

Comment Pierrick Starsky et sa bande se sont-ils imposés comme une des têtes d’affiche de la création contemporaine ? D’abord par un objet épatant, qui échappe à l’anecdotique, et met en couverture les pointures du graphisme dessiné : la série d’illustrations ornant les numéros de cette année ont ravi nos pupilles sans manquer d’originalité. Ron Cobb, personnalité méconnue mais designer de gros succès hollywoodiens en parallèle d’une carrière de dessinateur de presse, fait ainsi l’objet d’une copieuse rencontre dans ce numéro anniversaire.
Mais Aaarg ! n’est pas une forme sans fond, et la force de la revue est aussi d’avoir immédiatement posé une ligne éditoriale forte, reposant moins sur la maîtrise des auteurs que sur la présence d’un sujet. L’habillage éditorial donne le ton d’un engagement politique que perpétuent les scénarios de Starsky lui-même, avant d’être relayés par le reste de l’équipe. Il s’agit ici de parler du monde tel qu’il est, des tueurs des abattoirs, des vagabonds, des paumés. Ni Dieu ni Maître ! Et si une société doit m’avoir, que ce soit une SARL que je gère moi-même. Cynisme et anarchie font bon ménage dans un discours à rebours du pouvoir. La cible, c’est la masse. Goût des genres dits-mineurs, de la science-fiction, du polar. Volonté de revaloriser le populo, l’argot, le rire qui tache. « Mon territoire, c’est la province, les bleds glauques à histoires glauques », témoigne le narrateur de Noir comme le souvenir de Starsky et Rica. Et plus loin : « L’espoir est un privilège d’esclaves. »

Si tous les récits ne sont pas de la même tenue, on peut noter parmi les plus réussis de ce numéro le jeu vertigineux de Mo-cdm sur les paradoxes temporels, ou encore les braqueurs à la petite semaine de Starsky et Place. Mais ce sont toutes les meilleures signatures indépendantes d’aujourd’hui qu’on retrouve de page en page : Bgnet, Riff Reb’s, El Diablo, Texier et de bonnes surprises comme Orhun et les frères Marco, sans oublier tous ceux qui livrent une fausse couverture, parmi lesquels Pochep, Julien Loïs ou Goupil Acnéïque.

Le mérite de Aaarg ! revient aussi à son rédactionnel. Là où les magazines spécialisés détournent le plus souvent l’art de la nouvelle pour en faire le prétexte d’illustrations maison, la revue de « culture à la masse » laisse à ses récits toute leur force, en les présentant comme des pavés de texte irréductibles. L’écriture moderne d’Olivier Boraçarre ou d’Eddie Paggetto, dans ce numéro, montre l’intelligence du recours à de jeunes plumes éprises de style. On trouvera aussi des dossiers empreints de culture populaire ou présentant des potes, comme cette fois-ci le groupe de rock Diego Palavas, dont un CD best-of est joint à la revue.
Il faut espérer que Aaarg ! pourra longtemps encore porter ce mélange de révolte et de plaisir.


Clément Lemoine
( Mis en ligne le 18/11/2014 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd