L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mercredi 20 juin 2018
  
 
     
Le Livre
Bande dessinée  ->  
Comics
Manga
Historique
Réaliste
Fantastique
Science-fiction
Policier - Thriller
Aventure
Humour
Adaptation
Jeunesse
Les grands classiques
Chroniques - Autobiographie
Revues, essais & documents
Entretiens
Illustrations, graphisme et dessins d’humour
Autre

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Bande dessinée  ->  Revues, essais & documents  
 

Thèse rue de l'espoir
Nick Sousanis   Le Déploiement
Actes Sud - l'An 2 2016 /  23 € - 150.65 ffr. / 200 pages
ISBN : 9782330063177
FORMAT : 26x19,7 cm
Imprimer

Signe de la place que prend de plus en plus la bande dessinée dans la culture savante, voilà qu'elle sert pour la première fois de forme à une thèse américaine. Une bande dessinée sur la bande dessinée, dans la lignée de Scott McCloud, voilà qui ne peut qu'intéresser les amateurs.

Le Déploiement rassemble donc les recherches de Nick Sousanis sur l'apport de l'image séquentielle à la connaissance. Le langage universitaire peut surprendre, comprenant une foisonnante bibliographie et un appareil de notes où l'auteur détaille lui-même l'inspiration de ses dessins et les prolongements dans d'autres de ses travaux ; un lecteur mal intentionné aurait beau jeu de trouver prétentieuse cette posture intellectuelle de la part d'un graphiste moyennement élégant, aux compositions alourdies par le traitement numérique et un trait assez brouillon. C'est pourtant bien cette démarche qui fait tout l'intérêt du livre, réflexion en images plutôt que création artistique.
La curiosité en la matière tient d'abord au ton de l'ouvrage, lyrique et finalement assez abstrait, loin de ce qu'on imagine a priori pour une thèse. Le Déploiement n'est somme toute qu'un plaidoyer argumenté pour la nouveauté et la diversité. Mais derrière l'engagement, Sousanis multiplie les idées et les citations, verbales comme graphiques, faisant de son livre un patchwork fourmillant stimulant pour l'esprit. Les mots et les images fonctionnent sur le principe des analogies, parfois à plusieurs degrés, s'éloignant de toute discussion technique.
Stimulée par ce procédé, la réflexion à l'œuvre est tout à fait personnelle. Une longue tradition d'intellectuels innovants cherchait à ramener la bande dessinée à un langage : Art Spiegelman, le milieu alternatif français des années 1990 ou les théoriciens de la sémiotique sont souvent revenus avec profit sur cette idée. Curieusement, ce qui intéresse Sousanis est ailleurs : pour lui, le dessin ajoute une dimension différente, s'éloigne du codage systématique propre à un alphabet. C'est même cet éloignement du texte qui ferait le sel de la chose.
Les premiers chapitres justifient donc, avec pertinence, le recours à plusieurs points de vue, plusieurs dimensions, plusieurs approches pour comprendre le réel. Sousanis s'appuie ensuite sur différents théoriciens (McCloud et Groensteen, pour les plus bédéphiles d'entre eux) pour définir l'unicité de la bande dessinée face à la domination séculaire du texte. Descartes contre Chris Ware, en somme.

Au-delà de cette réflexion militante, le paradoxe est peut-être que Nick Sousanis a du mal à conférer à ses images autre chose qu'une fonction secondaire, comme tous les dessinateurs d'essai. C'est encore le texte qui conduit la pensée, et pour cause : depuis des millénaires que nous associons la raison et la lettre, l'image est bien en peine de fournir autre chose qu'un schéma explicatif. Mais c'est tout l'enjeu du livre de lui trouver, et de définir, des apports nouveaux : faire de l'image un relai, un déploiement de la pensée. Sousanis parvient ainsi à s'appuyer sur des citations graphiques (le carton de Calvin & Hobbes), sur la composition (horizontalité / verticalité), sur la répétition des vignettes (ou leur renouvellement) pour mettre en scène sa réflexion de façon significative. La tâche est facilitée par l'importance dans son texte de la fonction poétique, associant les deux éléments dans un maelström d'analogies. Dès lors, si l'image reste au second plan, elle n'en est pas moins essentielle à sa thèse.

Œuvre en mouvement, réflexion exposée avec ses prolongements graphiques, somme d'innovations : Le Déploiement nous incite à penser les yeux ouverts.


Clément Lemoine
( Mis en ligne le 07/06/2016 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Faire de la bande dessinée
       de Scott McCloud
  • La Bande dessinée, mode d’emploi
       de Thierry Groensteen
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd