L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Lundi 9 décembre 2019
  
 
     
Le Livre
Bande dessinée  ->  
Comics
Manga
Historique
Réaliste
Fantastique
Science-fiction
Policier - Thriller
Aventure
Humour
Adaptation
Jeunesse
Les grands classiques
Chroniques - Autobiographie
Revues, essais & documents
Entretiens
Illustrations, graphisme et dessins d’humour
Autre

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Bande dessinée  ->  Revues, essais & documents  
 

La BD sans les bulles
 collectif   Artistes de bande dessinée
Editions de l'An 2 2003 /  23 € - 150.65 ffr. / 200 pages
ISBN : 2-84856-012-6
FORMAT : 16,5 x 23 cm

Avant-propos et direction des entretiens : Thierry Groensteen.

69 illustrations.

Imprimer

Cet ouvrage, coordonné par Thierry Groensteen, regroupe huit entretiens avec des dessinateurs francophones : Alex Barbier, Edmond Baudoin, Frédéric Boilet, Pierre Duba, Vincent Fortemps, Marc-Antoine Mathieu, Fabrice Neaud et Vincent Vanoli se prêtent ainsi au jeu de l’interview vérité et parlent de leur travail, leur technique et leurs influences (pas forcément issues du neuvième art).

Ex-directeur du CNBDI d’Angoulême, historien et théoricien de la bande dessinée, Groensteen choisit de mettre en lumière des auteurs souvent peu connus du grand public. Le but avoué étant de poser une fois pour toutes la bande dessinée comme un art à part entière : "( …) ces dessinateurs-scénaristes partagent, avec les créateurs de disciplines mieux établies dans l’ordre de la légitimité culturelle, rigoureusement les mêmes questionnements, les mêmes préoccupations." La démarche est bienvenue et nécessaire, mais on pourra toutefois regretter un certain élitisme qui peut ternir quelque peu le projet de départ. Car le risque est évidemment de creuser un peu plus le fossé entre une bande dessinée d’auteur représentée ici et le reste de la production, et d’accréditer ainsi l’idée, encore largement répandue, d’une sous-littérature distrayante mais sans grande portée artistique.

Mais qu’importent ces précisions quant à un choix éditorial fortement affirmé et donc louable, car l’essentiel est évidemment ailleurs ; les conversations avec ces huit auteurs étant passionnantes à suivre du début à la fin. Tout d’abord parce que chaque auteur convoqué ici ne l’est pas par hasard. Une idée de la bande dessinée, même si elle évolue au fil des ans et des albums, est solidement ancrée au sein de chaque œuvre en train de se faire. Les déclarations d’amour envers le neuvième art sont nombreuses et rassurantes. Ainsi, Fabrice Neaud regrettant de lire encore ces critiques qui rapprochent la "bonne" bande dessinée de la littérature, "comme s’il était impossible de reconnaître qu’un bon travail de bande dessinée pouvait produire une bonne bande dessinée."

Tournant essentiellement autour de questions artistiques et esthétiques, les digressions vers d’autres disciplines que la bande dessinée sont nombreuses. Baudoin et Neaud comparent ainsi le neuvième art à la musique, alors que Boilet avoue son admiration pour les films vidéos de Jean-Luc Godard, et que Duba prône le théâtre comme "une forme d’expression assez parfaite". On appréciera aussi le franc-parler d’Alex Barbier et sa verve passionnée lorsqu’il parle de Courbet ou du Caravage. Chaque artiste exprime ainsi de façon toujours fort pertinente telle affinité avec un art qui semblerait guider son travail avec une grande rigueur.

D’autres passages sont plus touchants, comme cette solitude du dessinateur plusieurs fois pointée du doigt où, comme le remarque avec humour Mathieu, "il y a une notion d’enfermement dans la pratique de la bande dessinée, on est toujours occupé à tracer des cadres (…)".

Le soin apporté à la maquette et à l’impression, ainsi qu’une iconographie de qualité (chaque entretien est accompagné de plusieurs planches ou dessins parfois inédits), font de Artistes de bande dessinée un ouvrage d’excellente facture. Il a de plus le mérite d’ouvrir des portes vers d’autres formes de bande dessinée, parfois plus exigeantes ou radicales, mais toujours stimulantes.


Alexis Laballery
( Mis en ligne le 21/11/2003 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd