L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Jeudi 26 novembre 2020
  
 
     
Le Livre
Bande dessinée  ->  
Comics
Manga
Historique
Réaliste
Fantastique
Science-fiction
Policier - Thriller
Aventure
Humour
Adaptation
Jeunesse
Les grands classiques
Chroniques - Autobiographie
Revues, essais & documents
Entretiens
Illustrations, graphisme et dessins d’humour
Autre

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Bande dessinée  ->  Revues, essais & documents  
 

Dans l’esprit de Hugo Pratt
Jacques Ferrandez   Michel Pierre   Armoriques. Balades de Corto Maltese en Bretagne
Casterman 2004 /  18.50 € - 121.18 ffr. / 208 pages
ISBN : 2-203-32611-5
FORMAT : 12,5 x 22,6 cm
Imprimer

A priori, on ne voit pas bien le lien qui unit Corto Maltese et la Bretagne. Le bel aventurier aux yeux pers et à l’oreille trouée est certes le fils d’un marin des Cornouailles, mais les Cornouailles ne sont pas la Bretagne. Une de ses aventures – rapportée dans Les Celtiques – a bien pour cadre l’Irlande, et l’on y voit le sage Merlin et la belle Morgane, mais l’Irlande non plus n’est pas la Bretagne…

Corto a donc peu à voir avec la Bretagne dans laquelle nous convient ici Michel Pierre, auteur qui a déjà pas mal brodé autour de l’œuvre de Hugo Pratt (Les Femmes de Corto, etc.), et le dessinateur Jacques Ferrandez. Cela n’en témoigne que davantage, indépendamment de l’amour que Pierre et Ferrandez portent tout à la fois à Pratt et à la Bretagne, de la dimension mythique désormais atteinte par Corto Maltese. L’aventurier que Pratt fait apparaître lors de la guerre russo-japonaise de 1905, et disparaître lors de la guerre civile espagnole de 1936, est en effet devenu, au fil des années, l’incarnation d’un certain type de voyage, qui semble admirablement adapté à une certaine sensibilité moderne.

Corto représente le voyageur lent, celui que ne pressent ni l’exiguité du temps des vacances ni l’agitation des tour-operators ; il est celui qui prend son temps. Corto représente aussi le voyageur attentif à l’esprit des lieux, aux coutumes locales, si cruelles soient-elles (pensons à la magnifique figure de Cush dans Les Ethiopiques) ; il est celui que l’autre intéresse. Corto, enfin, incarne l’attirance pour un voyage qui est aussi métaphysique, qui ne concerne pas seulement les objets et les paysages, mais aussi les mondes imaginaires dont ces objets et ces paysages sont la manifestation ; il est celui qui voit les fantômes.

En cela, semblent s’être dit Michel Pierre et Jacques Ferrandez, Corto est adapté à la Bretagne, terre qui prend son temps, terre d’autonomie culturelle, terre de mystères. Telles sont les probables raisons qui justifient que ces balades en Bretagne soient placées sous les auspices de Corto Maltese. Car les dessins de Pratt – et pour cause – sont peu nombreux dans ce livre édité sous forme de guide de voyage. Ce qui ne veut pas dire que l’iconographie y soit négligeable, loin de là : non seulement le livre contient de belles illustrations (généralement empruntées aux graveurs et aux photographes du XIXe siècle), mais Jacques Ferrandez, qui est un merveilleux dessinateur, a travaillé ici dans le style de Pratt, et nous offre de magnifiques dessins à la plume, en noir en blanc. Les ankous de Bretagne, les oiseaux marins, sur le modèle des célèbres mouettes de Pratt, les calvaires bretons, les mégalithes, les cathédrales et les sanctuaires sont magnifiés par son trait. Plaisir de l’œil à toutes les pages.

Le texte de Michel Pierre, quant à eux, ne proposent pas de balades précises, qui seraient trop contraires à l’esprit de vagabondage de Pratt et de Corto Maltese. En huit chapitres impressionnistes, ils évoquent plutôt une Bretagne de la culture et du mystère, centrée sur les mégalithes, l’héritage des Celtes, les vieux saints bretons ou la légende de la mort… Au vrai, il y a peu de Pratt authentique, dans cet album, mais beaucoup de son esprit ; et l’on ne devrait pas regretter d’emporter en Bretagne, aux côtés d’un guide véritable et des Celtiques, ce livre rêveur et beau, qui n’est ni un guide de voyage ni une bande dessinée.


Sylvain Venayre
( Mis en ligne le 27/03/2004 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Hugo Pratt en verve
       de Hugo Pratt
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd