L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Dimanche 19 janvier 2020
  
 
     
Le Livre
Bande dessinée  ->  
Comics
Manga
Historique
Réaliste
Fantastique
Science-fiction
Policier - Thriller
Aventure
Humour
Adaptation
Jeunesse
Les grands classiques
Chroniques - Autobiographie
Revues, essais & documents
Entretiens
Illustrations, graphisme et dessins d’humour
Autre

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Bande dessinée  ->  Adaptation  
 

L’âme erre, Docteur Gloss…
Jean-Sébastien Bordas   Le Docteur Héraclius Gloss
Delcourt - Mirages 2004 /  14.95 € - 97.92 ffr. / 96 pages
ISBN : 2-84789-102-1
Imprimer

Le Docteur Gloss passe son temps à chercher la vérité dans les livres. Il attend la révélation qui donnera un sens à sa vie, et il finit par la trouver dans un livre traitant de métempsycose, c’est-à-dire de réincarnation. C’est le début d’un engrenage infernal, Gloss ne jurant plus que par ses vies antérieures et celles futures des animaux qui l’entourent (puisqu’une âme réincarnée en animal est une âme qui expie ses fautes passées en attendant d’accéder à un meilleur statut terrestre). Se détachant peu à peu des hommes pour s’enfermer dans son nouveau regard sur le monde animal, et notamment dans une relation tragi-comique avec un singe, Gloss sombre dans la folie de manière irrémédiable.

Pour son entrée en bande dessinée, Jean-Sébastien Bordas, 24 ans, signe une remarquable adaptation d’une nouvelle de jeunesse (1876) de Maupassant. La folie, thème cher à Maupassant, est en toile de fond de tout le récit, bien sûr, mais Bordas exacerbe la composante comique de la nouvelle, par des cadrages, des expressions, des personnages secondaires, comme ce petit vieux ahuri qui ne cesse de dire, privé de dentier : « T’est pas potib’ ! » Au pinceau, Jean-Sébastien Bordas fait preuve de maîtrise et d’originalité, avec un trait qui rappelle un peu, parfois, celui de Christophe Blain, mais qui est surtout très séduisant, et fort bien adapté à l’ambiance de la nouvelle (beau parti-pris pour les couleurs, notamment, jamais vives). Une très belle découverte de rentrée !


Anne Bleuzen
( Mis en ligne le 11/09/2004 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd