L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mercredi 21 août 2019
  
 
     
Le Livre
Bande dessinée  ->  
Comics
Manga
Historique
Réaliste
Fantastique
Science-fiction
Policier - Thriller
Aventure
Humour
Adaptation
Jeunesse
Les grands classiques
Chroniques - Autobiographie
Revues, essais & documents
Entretiens
Illustrations, graphisme et dessins d’humour
Autre

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Bande dessinée  ->  Humour  
 

Avanies et mascarades
 Collectif   L’atelier Mastodonte
Dupuis 2013 /  14.50 € - 94.98 ffr. / 128 pages
ISBN : 978-2800153698
FORMAT : 16,0x21,5 cm

Auteurs: Lewis Trondheim, Alfred, Guillaume Bianco, Julien Neel, Cyril Pedrosa, Tebo, Yoann...

Illustration du fourreau: Enki Bilal

Imprimer

Depuis 2011, le journal de Spirou propose une rubrique précieuse au bédéphile : L’atelier Mastodonte met en scène une poignée d’auteurs réunis le temps de double strips dans une même autofiction. Travaillant soi-disant sous le même toit, Pedrosa, Alfred ou Trondheim se répondent d’une page à l’autre, multipliant les gags et les vannes sympathiques. C’est drôle et réjouissant.

Au sein du journal Spirou, cette initiative perpétue une tradition ancienne, qui commença au sixième étage des éditions Dupuis dans les strips de Gaston et connut une de ses dernières incarnations dans les bureaux princiers de la Spirou Dream Team. Entre temps, le Gang Mazda, le Boss ou le 33 rue Carambole ont perpétué ces ateliers imaginaires, qui nous font passer de l’autre côté de la création de façon plus fine que bien des documentaires. Les auteurs s’y sont souvent frottés les uns aux autres, y compris quand la colocation était totalement virtuelle.

À la tête de cette communauté-ci, Lewis Trondheim. Lui qui était entré dans Spirou par la petite porte pour les rares aventures de Richard Mammouth, il y a vingt ans, est maintenant le pape de la bande dessinée et l’éminence grise du rédacteur en chef. Il reconstitue ici une bande qui rappelle un peu celle de l’Association, ne serait-ce que dans la typographie du titre. Mais cette fois, Trondheim occupe une place centrale. Il l’assume avec autodérision, mais on sent sa patte derrière toutes les interventions. Les siennes sont d’ailleurs bien les plus nombreuses, et souvent les plus efficaces.
À ses côtés, on remarque Guillaume Bianco, en jeune naïf maladroit, n’hésitant pas à se ridiculiser pour mieux rivaliser avec le maître. C’est ensuite Tebo qui rejoint la fine équipe et accumule les sorties graveleuses, avec une bonne humeur constante. On retrouve aussi, parmi les résidents officiels, Alfred, Pedrosa, Julien Neel et Yoann, chacun pourvu de son propre gag récurrent.

Les auteurs réagissent aux récits des collègues, parfois sous la forme d’une version alternative ou d’une vengeance mesquine. Quand Alfred imagine l’écolo Pedrosa auto-produisant ses aquarelles à partir de « caca mixé avec du colza et des bouts de tofu », tous les autres renchérissent en compliquant la situation initiale. Ainsi, le comique se double du plaisir de jongler avec les dessinateurs et les interprétations, en retrouvant au sujet de chaque anecdote des personnalités multiples.
Derrière le petit quotidien, on reconnaît les débats du milieu bande dessinée : les droits de Tintin, du Marsupilami, la réputation de Soleil sont évoqués, tandis qu’on croise Mœbius encore vivant. Bien dans son temps, l’Atelier Mastodonte se fait le témoin d’une actualité en mouvement. Le festival d’Angoulême 2012 occupe une grosse partie du recueil, avec des invités prestigieux : Bouzard, Buchet, Delaf, Ferroumont, Keramidas, Libon, Nob, Michel Plessix, Mathieu Sapin, Stan & Vince et Bastien Vivès. Mais on croise aussi Frantico, Frédéric Niffle, Gilles Ciment, Raoul Cauvin ou un collectionneur malhonnête du nom de Jack McHulott. Le portrait est vif et enlevé, mêlant satire, burlesque et humour cracra. On en redemande.

Les dernières planches accentuent encore le jeu entre les auteurs. Tebo lance une série de pastiches, d’exercices de style et de décalquages qui virent au bazar le plus foutraque. Comme un OuBaPo aux contraintes réinventées à chaque page, comme un grand clin d’œil général.


Clément Lemoine
( Mis en ligne le 04/07/2013 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd