L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Jeudi 9 avril 2020
  
 
     
Le Livre
Bande dessinée  ->  
Comics
Manga
Historique
Réaliste
Fantastique
Science-fiction
Policier - Thriller
Aventure
Humour
Adaptation
Jeunesse
Les grands classiques
Chroniques - Autobiographie
Revues, essais & documents
Entretiens
Illustrations, graphisme et dessins d’humour
Autre

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Bande dessinée  ->  Humour  
 

Heureux comme un chat juif en Algérie
Joann Sfar   Le Chat du rabbin (tome 1) - La Bar-mitsva
Dargaud - Poisson Pilote 2002 /  9.45 € - 61.9 ffr. / 48 pages
ISBN : 2-205-05207-1
Imprimer

Monadiste un jour, essentialiste un autre, Sfar est aussi ces derniers temps généalogiste : très nietzschéen, il nous entraîne de nouveau dans sa recherche des sources intellectuelles de la civilisation occidentale. Comme le versant grec était incarné par un chien (Socrate le demi-chien), le côté juif sera joué par un chat.

L'un comme l'autre sont frappés d'un mal redoutable, puisqu'ils sont doués de parole. A part ça, tout les sépare : "un chien c'est solaire, univoque, moraliste, masculin, merdique" pour notre chat séfarade, qui se voit, lui, "nocturne, imprévisible et profondément éthique". Il est en tout cas profondément contrariant depuis qu'il a décidé de faire sa bar-mitsva. Mais de ses discussions avec les rabbins, il ressort pourtant qu'il sent un peu le fagot. Plutôt le genre de Juif, en bref, à voir dans l'argument divin l'asile de l'ignorance.

C'est que Dieu est en creux (p.32) et la fille du rabbin tout en pleins et en déliés. Elle est ronde et on peut s'y frotter. Et Alger au début du XXe siècle offre trop de satisfactions à son matérialisme pour suivre les chemins austères des disciples du rabbin. On y chante déjà, avant Lili Boniche, et puis il y a le thé à l'ombre des arbres, le port, les bordels et les filles alanguies, celles de Matisse plutôt que de Delacroix, enfin tous ces motifs sur les tissus et les murs pour faire oublier l'interdit des images.

Comme il est aussi question du désir et de ses contrariétés, de la mort et de la volonté de Dieu, voilà au total un félin qui nous réconcilie avec une espèce rarement à son avantage dans la bande dessinée, très loin donc de l'humour méprisant et crispé de l'ennuyeux chat de Geluck.


Nicolas Balaresque
( Mis en ligne le 07/05/2002 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Entretien avec Joann Sfar (janvier 2002)
  • Grand Vampire (tome 1)
       de Joann Sfar
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd