L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Lundi 17 février 2020
  
 
     
Le Livre
Bande dessinée  ->  
Comics
Manga
Historique
Réaliste
Fantastique
Science-fiction
Policier - Thriller
Aventure
Humour
Adaptation
Jeunesse
Les grands classiques
Chroniques - Autobiographie
Revues, essais & documents
Entretiens
Illustrations, graphisme et dessins d’humour
Autre

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Bande dessinée  ->  Humour  
 

Diablement attachant !
Guillaume Long   Les sardines sont cuites
Vertige Graphic 2003 /  10 € - 65.5 ffr. / 72 pages
ISBN : 2908981823
FORMAT : 17 x 24,5 cm

Prix Rodolphe Töpffer de la Ville de Genève 2003.
Imprimer

Paru fin 2002, Comme un poisson dans l’huile nous avait plongés dans l’univers pittoresque d’un étudiant en première année à l’école des Beaux-Arts de Saint-Etienne. Avec Les sardines sont cuites, Guillaume Long poursuit son récit quasi autobiographique (voir notre entretien) : on retrouve le narrateur et son copain Rémi en deuxième année. Angoisses existentielles, projets artistiques plus ou moins foireux, profs impitoyables, rude concurrence entre les élèves, obsession maladive de la dissymétrie testiculaire (diagnostiquée dans le premier volet)… Non, la vie n’est pas de tout repos pour un apprenti artiste !

Guillaume Long mène le récit de ces deux années avec un humour infaillible. La succession ininterrompue de ces petites cases de 4 x 4 cm à peine, 113 planches durant, déroule le fil de la narration avec une espèce de sérénité qui contraste parfois avec le délire de certaines situations. Le talent de Guillaume Long est de tenir sur cette longueur (et l’on parle ici des deux tomes mis bout à bout), en dosant savamment l’humour propre à certaines vignettes, celui qui naît du décalage entre les mots et l’image associée, et celui enfin qui tient aux situations en elles-mêmes. On se promène ainsi, sourire aux lèvres, dans la tête d’un garçon de vingt ans, au beau milieu de ses images mentales, dans un monde où le comique n’est jamais loin de la poésie. Ainsi de cette mouche écrasée dès la première planche et qui vient hanter le narrateur au moindre remords.

Le dessin de Guillaume Long rappelle parfois celui de José Parrondo (ces postures figées et ce trait naïf) ou de Lewis Trondheim (la fameuse mouche des Sardines sont cuites ressemble beaucoup à celle de Trondheim). Avec apparemment peu de sophistication, il arrive à faire passer énormément d’émotions. Son sens de la mise en scène y est sans doute pour beaucoup. La lecture de ce dyptique est un vrai moment de plaisir, à savourer et à partager.


Anne Bleuzen
( Mis en ligne le 14/01/2004 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Un entretien avec Guillaume Long
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd