L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Jeudi 5 décembre 2019
  
 
     
Le Livre
Bande dessinée  ->  
Comics
Manga
Historique
Réaliste
Fantastique
Science-fiction
Policier - Thriller
Aventure
Humour
Adaptation
Jeunesse
Les grands classiques
Chroniques - Autobiographie
Revues, essais & documents
Entretiens
Illustrations, graphisme et dessins d’humour
Autre

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Bande dessinée  ->  Humour  
 

Good Ol’ Charlie Brown !
Charles-M. Schulz   Snoopy et les Peanuts - 1950-1952
Dargaud 2005 /  29 € - 189.95 ffr. / 337 pages
ISBN : 2-205-05787-1
FORMAT : 21,5cm x 17,5cm
Imprimer

Voilà de quoi rendre fou le plus acharné des complétistes : 25 recueils dont la publication s’étalera sur douze années, plus de 8000 pages et près de 18000 strips. Le projet éditorial initié par l’éditeur américain Fantagraphics Books il y a deux ans et (impeccablement) traduit aujourd’hui par Dargaud a de quoi faire tourner la tête. Le travail de Charles M. Schulz, soit cinquante années de très bons et royaux services rendus à la bande dessinée, n’avait jamais connu les honneurs d’une intégrale. Seule une série d’albums piochant ça et là dans l’oeuvre monumentale pouvaient satisfaire - autant que frustrer - le lecteur amateur des aventures douces-amères de ce bon vieux Charlie Brown et de sa petite bande.

Ce volume initial reprend donc les deux premières années de Peanuts, d’octobre 1950 à décembre 1952, incluant tous les strips mais aussi les grandes pages du dimanche. Il est éclairant de découvrir enfin la série dans sa chronologie d’origine. En quelques mois, Schulz met en place tout un petit monde qu’il fera par la suite évoluer pendant le demi-siècle à venir sans jamais faillir à ce rendez-vous quotidien. Il y a Charlie Brown bien sûr (et son fameux pull rayé d’une bande qui apparaît au bout de quelques mois), mais aussi Lucy, déjà une petite peste capricieuse, Linus qui n’a pas encore trouvé sa couverture, et Schroeder, le blondinet virtuose adulant Beethoven. Et puis il y a ce drôle de chien beagle, un certain Snoopy. Le voilà encore réduit à son seul statut d’animal de compagnie, certes plus intelligent que la moyenne, mais qui ne sait pas encore se tenir sur deux pattes, reste muet, et qui ne rêve pas encore à d’incroyables aventures aériennes.

À l’exception de Snoopy d’ailleurs, qui n’a pas encore trouvé son apparence physique définitive, l’univers graphique de Schulz est déjà bien en place : visages ronds réduits à l’essentiel, expressivité des postures et des mimiques, décors minimalistes formant une sorte de monde à part, à la fois cohérent et totalement virtuel. Le geste du dessinateur est déjà d’une belle maîtrise, souple et capable en quelques lignes de rendre compte d’une émotion et de construire tout un arrière-plan avec une économie de moyens totalement pensée.

On aurait donc tort de croire que ces premières années sont celles de l’apprentissage et des tâtonnements. Même si tous les éléments qui feront le succès mondial de la série ne sont pas encore présents, l’essentiel est déjà là, le ton à la fois tendre et désabusé, la personnalité des principaux personnages, quelques-uns des thèmes qui se prêteront à d’innombrables gags par la suite (la partie de base-ball, le cerf-volant qui ne vole pas, le piano de Schroeder…), et enfin cet humour ravageur et toujours d’une grande modernité.

Au-delà de la longévité exceptionnelle d’une œuvre, c’est donc la qualité remarquable d’une série qui a su séduire depuis ses débuts à la fois critiques et lecteurs de tous âges, qu’il convient de souligner encore une fois. Et avant d’être les modèles à succès d’une centaines de tee-shirts ou de mugs, Charlie Brown et Snoopy sont les héros d’une des plus grandes réussites, esthétique et narrative, du neuvième art. Ce début d’intégrale est le plus beau cadeau du moment, que l’on peut offrir à tout amateur de bande dessinée.

Ajoutons que ce premier volume est accompagné d’un texte d’un spécialiste en peanutsologie, David Michaelis, et d’un entretien passionnant avec Schulz.


Alexis Laballery
( Mis en ligne le 20/01/2006 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Snoopy (vol. 36)
       de Charles-M. Schulz
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd