L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Jeudi 27 février 2020
  
 
     
Le Livre
Bande dessinée  ->  
Comics
Manga
Historique
Réaliste
Fantastique
Science-fiction
Policier - Thriller
Aventure
Humour
Adaptation
Jeunesse
Les grands classiques
Chroniques - Autobiographie
Revues, essais & documents
Entretiens
Illustrations, graphisme et dessins d’humour
Autre

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Bande dessinée  ->  Humour  
 

Plunk vert et rose Plunk
 Letzer   Luc Cromheeke   Plunk (n° 1) - I Love Plunk
Dupuis 2007 /  8.50 € - 55.68 ffr. / 48 pages
ISBN : 978-2-8001-3914-2
FORMAT : 22x30 cm
Imprimer

Les lecteurs de Spirou Magazine dans les années 1980 se souviennent de Tom Carbone, ce doux illuminé qui détonnait dans les pages du classique journal pour la jeunesse. Adepte de l’humour absurde, se moquant du gag cartoon et de ses clichés habituels, Tom Carbone surprenait autant dans les récits complets où il s’improvisait conteur que dans les gags qui le mettaient en scène en oisif banal.
Hélas, les éditions Dupuis France ne rassemblèrent jamais les planches de ce qui devaient être son cinquième album, et Tom Carbone finit par disparaître de Spirou Magazine. Depuis, le trait simple et naïf de Luc Cromheeke et le non-sens coloré et ridicule de Laurent Letzer ne faisaient plus bon ménage, du moins en langue française.

Aujourd’hui, joie ! Ils reviennent, et en pleine forme. Plunk, alien inconnu de toute classification, schtroumpf rose au nez en trompette et coiffé d’un entonnoir, est d’abord apparu au Centre Belge de la Bande Dessinée, où il servait d’exemple pour illustrer le merchandising appliqué à la bande dessinée. De nombreux (faux) produits dérivés ont donc été créés au préalable. Mais comme l’absurde a sa logique, et que ce drôle de personnage avait un physique de battant, le voilà qui fait son véritable coming-out comme héros dessiné.
Comme de juste, Plunk n’est qu’un prétexte. Il n’a même pas d’univers digne de ce nom à présenter, à peine son dessinateur, un autoportrait instable de Cromheeke plutôt dépassé par les événements. Pour le reste, rien de fixe ; Plunk change de métier plus que de chemise, et se fait tour à tour boxeur, savant fou, alpiniste ou justicier. Il aime surtout les activités du quotidien, les plaisirs délicats qui font le sel de la vie : se promener en forêt, lire un bon livre, jouer du violon ou manger des frites. Mais dans le monde du Plunk, l’anodin ne le reste jamais très longtemps. Si le héros s’étonne rarement, observateur conscient des lois de ce monde, le lecteur, lui, est pris systématiquement de court par une logique différente de celle en vigueur.
Quand Plunk rencontre un vampire, il l’héberge à la cave. Quand sa soucoupe volante est sale, il va dans un lave-vaisselle géant et quand il a soif il appelle un pompier. Avec un sérieux imperturbable. Tout cela est peut-être très logique, mais pas véritablement commun.
Il faut dire que le scénariste Letzer ne prend pas la vie très au sérieux. Il se moque de nos petites habitudes, des chutes convenues qu’il inverse ironiquement, de la forme de la bande dessinée dont il joue, et de ses onomatopées. Plunk est une bande dessinée muette, utilisant parfois des bulles dessinées mais s’appuyant le plus souvent sur une expressivité maximale. Un dessin schématique, construit sur les traditionnels gros nez franco-belges : Cromheeke, avec sa simple efficacité, pourrait donner l’impression de suivre la mode s’il ne continuait pas son bonhomme de chemin depuis 30 ans.

Les auteurs profitent de l’absence de choix linguistique pour revendiquer un vrai-faux plan de communication internationale, avec photos exotiques à l’appui. L’opération marketing de Dupuis respire comme de juste le farfelu, avec des autocollants décalés dans Spirou Hebdo ou le complexe hôtelier imaginaire à Dubaï présenté sur le site.
Ce ne serait pas un mal si le succès se confirmait, et poussait Dupuis à traduire les autres albums du dessinateur, Tacozip et Roboboy…


Clément Lemoine
( Mis en ligne le 11/06/2007 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Plunk (n°2)
       de Luc Cromheeke , Letzer

    Ailleurs sur le web :
  • Plunkblog
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd