L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mardi 28 janvier 2020
  
 
     
Le Livre
Bande dessinée  ->  
Comics
Manga
Historique
Réaliste
Fantastique
Science-fiction
Policier - Thriller
Aventure
Humour
Adaptation
Jeunesse
Les grands classiques
Chroniques - Autobiographie
Revues, essais & documents
Entretiens
Illustrations, graphisme et dessins d’humour
Autre

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Bande dessinée  ->  Humour  
 

Culte
 Ale   Jerry Stobbart (tome 1) - Contre le serial killer
Delcourt - Shampooing 2008 /  8.90 € - 58.3 ffr. / 64 pages
ISBN : 978-2-7560-1465-4
FORMAT : 15,4x21,8 cm
Imprimer

Jerry Stobbart est un album débile, complètement idiot, sombrement crétin, à l’humour lourd, mais lourd... Et on adore ça, car c’est tout simplement hilarant. Ale n’a pas de complexes : il fonce droit devant, aligne ses petits strips à trois cases avec une joyeuse bonne humeur, se plantant parfois à un endroit pour mieux trouver la réplique qui tue juste après. C’est l’esprit de Gotlib, des Nuls, des Simpson et des Y a-t-il un pilote ?... concentré dans cette histoire policière sans queue ni tête ébouriffante.

Après avoir commencé cette série sur son propre blog, Ale rejoint rapidement l’écurie de Lapin.org, grand portail de webcomics francophones, où il continue de narrer les folles aventures de ce policier stupide. 256 strips plus tard, et un Trondheim (grand défricheur du web) alléché, l’album est là : l’intégrale (sic !) de cette première aventure de Jerry Stobbart, policier crétin, complètement incapable, aussi mûr qu’un enfant de huit ans, mais foncièrement optimiste et toujours joyeux.

L’album brasse références cinéphiliques et télévisuelles, mélangeant Les Experts, Inspecteur Harry, Le Silence des agneaux, Batman, et Prison Break. La parodie tourne à plein régime, toujours ponctuée par des dialogues d’anthologie, le plus souvent du plus mauvais goût, et donc forcément jouissif. Et comme par miracle, de digressions en digressions, Ale parvient à boucler son histoire, apportant à cette grosse blague de potache une cohérence bienvenue.

Le jeune auteur cultive l’amateurisme au point d’en faire un critère esthétique primordial, un style même: graphisme lancé à la va-vite, trait foutu un peu n’importe comment, couleurs vives refusant une quelconque harmonie, photomontages grossiers faisant l’économie d’un décor, police numérique maladroitement intégrée dans des bulles tordues… bref du grand art ! Et l'emballage parfait à cette intrigue délirante et brinquebalante.


Alexis Laballery
( Mis en ligne le 16/06/2008 )
Imprimer

Ailleurs sur le web :
  • Le portail Lapin
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd