L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Jeudi 21 octobre 2021
  
 
     
Le Livre
Bande dessinée  ->  
Comics
Manga
Historique
Réaliste
Fantastique
Science-fiction
Policier - Thriller
Aventure
Humour
Adaptation
Jeunesse
Les grands classiques
Chroniques - Autobiographie
Revues, essais & documents
Entretiens
Illustrations, graphisme et dessins d’humour
Autre

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Bande dessinée  ->  Jeunesse  
 

Cailloux bijoux joujoux
 Geerts   Sergio Salma    Mauricet   Mademoiselle Louise
Dupuis 2021 /  35 € - 229.25 ffr. / 264 pages
ISBN : 979-1-0347-6059-6
FORMAT : 21,8x30 cm
Imprimer

Après les quatre volumes de l’intégrale Jojo, les éditions Dupuis
ajoutent un tome supplémentaire consacré tout entier à Mademoiselle Louise,
l’héroïne de quatre albums de Geerts et Salma parus entre 1993 et 2009 : une
pauvre petite fille riche, que son luxe disproportionné ne console pas de la
solitude.

De la même façon que Jojo est associé presque exclusivement à la
mémoire du dessinateur, Mademoiselle Louise porte bien haut
l’identité de Geerts, son dessin chaleureux et sa modernité rétro. La série
connaît pourtant une histoire particulière : si on retrouve dans ses deux
premiers albums le graphisme de Geerts à son apogée, les deux suivants
n’existent que grâce au crayonné de Mauricet puis au découpage très précis
de Sergio Salma. On reconnaît leurs traces dans un dessin où les styles se
mêlent harmonieusement, combinaison d’école de Charleroi et de déclinaisons
gros nez, volonté de faire revivre une certaine modernité de l’esprit
Spirou.
Mais c’est surtout la présence d’un scénariste dès la création du personnage
qui lui donne sa tonalité propre : Sergio Salma s’impose là comme un
imaginatif soigneux, soucieux tout à la fois de développer un univers
autonome et de s’inscrire dans la continuité de l’œuvre de son ami. Ainsi,
lorsque Geerts, pris par un réflexe irrationnel, prend pour modèle le vieux
Sud des États-Unis tout en situant son récit ici et maintenant, Salma trouve
des idées pour justifier le décalage dans le scénario. Le père de Louise,
multi-milliardaire, lui a construit une bulle hors du temps. Le personnage
évolue donc un pied dans un imaginaire littéraire, celui des apaches du
temps d’Aristide Bruand et de la nounou d’Autant en emporte le vent,
et un pied dans la modernité des écrans plats et des téléphones portables.

Salma imprime aussi sa marque dans le rythme particulier du récit très
court, en 2-3 planches, qui fonctionne rarement sur le modèle du gag à
chute. Des petites saynètes humoristiques où perle l’émotion plus souvent
qu’à son tour, notamment pour souligner, avec un pathos unique alors dans la
bande dessinée jeunesse, la tristesse de cette petite fille délaissée par
son papa. L’occasion parfois, aussi, de livrer un discours social, en
opposant cette vie et celle du pauvre cambrioleur malchanceux dont le vélo
finit embouti par la Rolls-Royce. Tout cela est-il bien moral ? Les riches
se moquent de la richesse, les pauvres en rêvent. En jouant plus sur
l’empathie que sur l’identification, Salma choisit de faire dominer la
fantaisie, le côté hors-norme, là où Jojo revient toujours au
quotidien. Même une tranche de vie sur l’école ou les copains est traitée
comme une scène spectaculaire.

Curieux destin ! Mademoiselle Louise, à sa création, ne disait pas
son public. Il s’agissait pour les éditions Casterman de se trouver un
public enfantin alors que Tintin se sentait un peu seul dans les
collections. On peut supposer que le lectorat à qui on proposait en même
temps Mademoiselle Louise et Nathalie était plutôt féminin,
mais assez mature pour percevoir ironie et second degré.
Puis, lorsque la série a perduré aux éditions Dupuis, elle a intégré
l’éphémère collection Punaise pour très jeunes lecteurs. L’ironie ne
semblait plus un atout commercial. Voilà qu’aujourd’hui, relativement tôt,
la série ressuscite sous la forme d’un épais volume pour adultes
nostalgiques. Avec un beau dossier illustré revenant sur son histoire, en
donnant longuement la parole à Sergio Salma tout en resituant les albums
dans l’œuvre de Geerts. Même la couverture, en reprenant une illustration
parodique de Largo Winch, opte résolument pour une modernité qui nous
éloigne un peu de l’univers candide originel.
On sent palpiter ainsi un personnage fait de mille petites contradictions,
d’élans irrationnels et de fêlures intimes, qui va et vient sur sa
balançoire et nous propose ses facettes une à une.


Clément Lemoine
( Mis en ligne le 17/09/2021 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Jojo (Intégrale tome 3)
       de Geerts
  • Jojo (Intégrale tome 2)
       de Geerts
  • Jojo 1
       de Geerts
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2021
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd