L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mardi 23 juillet 2019
  
 
     
Le Livre
Jeunesse  ->  
Avant 18 mois
A partir de 18 mois
A partir de 3 ans
A partir de 4 ans
A partir de 5 ans
A partir de 7 ans
A partir de 10 ans
Adolescents
Tout-carton / en tissu
Livres animés & Jeux
Albums
Romans historiques
Romans d'aventures
Romans classiques
Romans policiers
& frissons
Romans sentimentaux
Romans SF
& fantastique
Bande dessinée
Les grands classiques
Contes & légendes
Poésie & comptines
Documentaires
Guides divers
Activités & Loisirs créatifs
Livres-CD

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Jeunesse  ->  Albums  
 

Histoire sombre d’un enfant effacé
François David   Tiziana Romanin   Te Fais Pas Remarquer !
Sarbacane 2006 /  14.90 € - 97.6 ffr. / 34 pages
ISBN : 2-84865-120-2
FORMAT : 26,5cm x 24,5cm
Imprimer

C’est d’abord l’histoire d’un petit Jules plutôt heureux, heureux de naître (il sourit à la vie dans la pouponnière où pleurent ses congénères), joyeux de vivre (il chante chez son oncle du Jura), mais que les adultes rabrouent : ses parents d’abord, inquiets de ne pas entendre ses cris de nouveau-né, son oncle rabat-joie qui l’enjoint de cesser ses ritournelles. Un petit Jules que les adultes rendent un peu triste. Un petit Jules, pas si petit finalement, plutôt grand même, trop peut-être par rapport à ses cousins. Et le voici qui se plie en deux sur les photos pour ne pas dépasser d’une tête les enfants de son âge. Jules se fond dans la masse : il arbore la même casquette grise et triste que ses camarades, et bientôt il se fond même dans les paysages, disparaît dans les papiers peints, s’évapore dans les rideaux.

Jules, personne ne le remarque plus. C’est bien ce qu’on voulait de lui, non ? Jules devient un jeune homme, toujours discret, effacé. Mais voici Juliette. Et pour l’amour de Juliette, Jules se révèle, se redresse, se réveille, et le voilà qui renaît à la vie et au bonheur, ce que tout le monde peut remarquer.

Rien de bien gai dans cette histoire. Les adultes sont incompréhensifs, les enfants sont cruels, l’enfance un temps malheureux. Evidemment, il y a l’amour. Mais c’est étrange, on n’y croit pas. Sans doute parce que tout au long de l’album, les dessins sont dans la même tonalité triste. Couleurs froides, dominance de gris, traits de crayon marqués : c’est fort joli, mais assez loin des univers colorés et chaleureux de la littérature enfantine.

Est-ce que cela permet à l’enfant effacé de réfléchir à son attitude, à son isolement ? Ou l’enfant, plus à l’aise, pourra-t-il mieux comprendre celui de ses camarades isolé dans la cour ? Difficile de savoir. Difficile de capter l’attention d’un jeune enfant sur cette histoire douce amère. Même si la fin est heureuse, quand on ferme l’ouvrage, c’est une impression générale de tristesse que l’on conserve. Difficile d’éteindre la lumière du coucher là dessus...


Mathilde Larrère
( Mis en ligne le 24/10/2006 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd