L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Samedi 19 septembre 2020
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Poches  
 

Tous nazis ?
Joachim C. Fest   La Résistance allemande à Hitler
Perrin - Tempus 2013 /  11 € - 72.05 ffr. / 503 pages
ISBN : 978-2-262-04179-3
FORMAT : 11,0 cm × 17,8 cm

Première publication française en janvier 2009 (Perrin)

Traduction d'Olivier Mannoni.

Imprimer

Depuis l’ouverture des archives en France, en Allemagne, en Grand Bretagne, aux États-Unis et plus récemment dans l'ex-Union Soviétique, la Seconde Guerre mondiale est devenue l'objet d'une recherche historique intensive. Parmi les milliers d’œuvres académiques sur les aspects militaires, politiques, sociaux, culturels de la guerre, le sujet de la résistance Allemande est néanmoins peu exploré. Pendant plusieurs décennies, l’opinion dominante à propos du rôle de la population Allemande pendant la guerre fut extrêmement partiale et négative. L’idée que la plupart des sujets du IIIe Reich étaient partisans de nazisme fut mise en avant dans le célèbre essai de Daniel Goldhagen Les Bourreaux volontaires de Hitler (1996).

La Résistance Allemande à Hitler de Joachim Fest, publié en 1994 en Allemagne et traduit en Français en 2009 (et aujourd'hui en poche chez Tempus), va à l'encontre de cette image. Spécialiste mondialement reconnu du IIIe Reich, Joachim Fest a écrit plusieurs articles et ouvrages sur cette époque historique. Parmi ces nombreuses publications, les plus célèbres sont une œuvre sur les protagonistes de régime nazi, Les Maîtres du IIIe Reich - Figures d'un régime totalitaire (1963) et les biographies d’Adolf Hitler (1973) et Albert Speer (1993). Quant à son best-seller, Les Derniers Jours d’Hitler (2002), il inspira le film La Chute (2004).

Le présent ouvrage offre une explication détaillée et une analyse approfondie de la lutte allemande contre Hitler. Avant de se lancer dans l’histoire de cette résistance, Joachim Fest décrit les qualités de l’adversaire et énumère les obstacles que durent affronter les opposants au nazisme. Il rappelle la légalité de la prise du pouvoir par Hitler, l’écrasement progressif de tous les rivaux du nouveau régime (le parti communiste, les syndicats, la SA) et l’utilisation illimitée de la violence par les nazis pour maintenir le pouvoir. Il décrit également les raisons de la popularité de régime d’Hitler : l’installation d’un gouvernement stable après la chaotique époque de Weimar, la croissance économique que connut le IIIe Reich pendant les années 30 et le retour d’une Allemagne forte et respectée sur la scène internationale.

Le récit se focalise ensuite sur le groupe qui, dans la société Allemande, avait le plus de raisons mais aussi les moyens de s'opposer à Hitler : l’armée, et plus spécifiquement le corps des officiers professionnels, éduqués dans la tradition du militarisme prussien. Pour expliquer la colère de ce groupe social envers Hitler, Fest met en évidence l’insulte incessante de l’armée et son honneur, avec pour point de départ l’affaire de général Werner von Fritsch, le dégoût que provoquèrent les actions des SS parmi les officiers, et le manque de respect de cette élite envers Adolf Hitler, qui ne fut pas formé dans les écoles militaires et n'atteignit seulement que le grade de caporal pendant la Première Guerre Mondiale.

En recourant aux citations, aux statistiques et à la chronologie des événements, Fest explique l’évolution depuis cette méfiance généralisée vers la lutte active contre le régime. Le récit commence par la résistance pendant les années 30, suit le développement et les changements dans les réseaux résistants pendant la guerre et se termine par un chapitre consacré à la tentative d’assassinat de Hitler, le 20 juillet 1944. L'auteur fait des références continuelles aux difficultés et incertitudes qui empêchèrent le travail des résistants. Parmi les nombreux obstacles dans la lutte contre Hitler, on peut évoquer le manque perpétuel d’aide ou de confiance du côté des Alliés, mais aussi la théorie selon laquelle il eût fallu assassiner Hitler dans un contexte géopolitique approprié, une idée fixe chez de nombreux officiers résistants. Finalement, la discorde opposant différentes visions de l’Allemagne post-hitlérienne parmi les membres de la résistance joua aussi un rôle de frein.

Malgré l'importance du rôle de l’armée dans la lutte contre Hitler, Fest explique que la résistance Allemande ne fut pas un phénomène limité à ce seul groupe dans la société. Il mentionne aussi les actions des individus et groupes dans les Églises protestantes et catholiques, les syndicats et les universités. L’étude de la résistance militaire est combinée à une analyse côté civil de la lutte, et aux interactions entre les deux réseaux résistants.

Tout le récit est imprégné d’un sentiment de désespoir. Fest explique que le mouvement de résistance Allemande avait un poids encore plus lourd à porter que les mouvements de résistance dans les pays occupés. Les résistants engagés dans la lutte contre Hitler étaient considérés comme des traîtres par la majorité de la population Allemande. Le caractère minoritaire de la résistance nécessitait une double vie de la part de ses participants. Et finalement, la punition des résistants, et de leurs familles, fut impitoyable.

Mais il manque à cette analyse de la résistance Allemande celle organisée en dehors de l'Allemagne. Pendant les années trente, des milliers de citoyens fuirent le IIIe Reich pour d'autres pays d’Europe ou les États-Unis. Parmi ces immigrés, des individus luttèrent directement ou indirectement contre Hitler et ses alliés. Albert Einstein développa ainsi les théories scientifiques qui aidèrent le gouvernement Américain à construire la bombe atomique. Beaucoup de célèbres acteurs et réalisateurs Allemands participèrent dans leurs films à la propagande anti-hitlérienne issue des grands studios de cinéma de Hollywood. L’omission de cette partie de l’histoire de la résistance Allemande est la faiblesse principale du récit de Fest.

La Résistance Allemande à Hitler n'en est pas moins un travail universitaire à la fois fascinant et didactique. L’étude de Fest discrédite le mythe selon lequel tous les Allemandes furent des nazis convaincus et soutinrent sans exception le régime hitlérien. Ainsi, l'ouvrage ne s'adresse pas seulement aux historiens, mais à tout lecteur intéressé par l’histoire de la Seconde Guerre mondiale et ses enjeux.


Philip Skorokhodov
( Mis en ligne le 12/03/2013 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • La Résistance allemande contre Hitler. 1933-1945
       de Barbara Koehn
  • Allemands en exil
       de Keith Holz , Wolfgang Schopf
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd