L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Samedi 26 septembre 2020
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Poches  
 

Le dauphin ?
François Kersaudy   Hermann Goering - Le deuxième homme du IIIe Reich
Perrin - Tempus 2009 /  11 € - 72.05 ffr. / 955 pages
ISBN : 978-2-262-04180-9
FORMAT : 11,0 cm × 18,0 cm

Première publication en novembre 2009 (Perrin)

L'auteur du compte rendu : Gilles Ferragu est maître de conférences en histoire contemporaine à l’université Paris X – Nanterre et à l’IEP de Paris.

Imprimer

Parlant de Mussolini, le professeur Renzo de Felice – son biographe le plus connu – estimait dans une boutade que d’ici quelques siècles, celui-ci serait comptabilisé dans un dictionnaire comme étant «un personnage créé par R. de Felice»… Serait-ce là le destin singulier de ces personnages historiques : si largement analysés, examinés, déconstruits qu’il en finiront par devenir des personnages littéraires ? En l’occurrence, ce n’est pas le cas de Hermann Goering, personnage pourtant clef de l’histoire du troisième Reich, mais qui, comme la plupart des hiérarques, disparaît dans l’ombre portée de Hitler… Un personnage essentiel pour comprendre la mécanique nazie et c’est tout l’intérêt de cette grande biographie de François Kersaudy, professeur en Sorbonne et auteur, entre autres, d’une remarquable biographie de W. Churchill, d’attirer l’attention sur le successeur proclamé d’Hitler, qui fait toutefois souvent office de second rôle dans l’historiographie du XXe siècle.

Hermann Goering, héros chevaleresque ? C’est ainsi qu’il se perçoit et, dans une certaine mesure, qu’il débute dans la vie : l’histoire d’un jeune garçon aussi doué qu’audacieux, fils d’un soldat devenu alcoolique, et parrainé par un nobliau séduisant. Entré dans l’armée, le jeune Hermann se signale durant la Première Guerre mondiale par une conduite héroïque comme pilote de chasse, jusqu’à prendre la tête du cirque van Richthofen… et donc succéder au baron rouge lui-même ! Multi-décoré, romantique en diable, il continue sa carrière de héros de guerre et de séducteur en Suède, où il tombe amoureux d’une comtesse locale, Carin, qu’il séduit et finit par épouser…

Jusqu’au chapitre IV, Goering est un personnage un peu hâbleur, mais sympathique. La rencontre avec Hitler, dans le chaudron politique du Munich d’après guerre, va définitivement le faire basculer dans le «sombre XXe siècle». Le charisme hitlérien produit chez ce révolutionnaire sans doctrine le même effet que pour la plupart de ses contemporains, et Goering – ainsi que son épouse – deviennent des piliers du jeune DAP. De fait, il est de tous les coups, comme une version rajeunie du général Ludendorff. Blessé à Munich lors du putsch, il ne sera toutefois pas emprisonné avec son nouveau mentor, mais connaît lui aussi une traversée de l’enfer (drogue et hôpital psychiatrique) qui l’écarte un temps de la cour hitlérienne.

Le retour de Goering en Allemagne comme en Hitlérie se fait au rythme du décollage de l’aviation civile : doté d’une intelligence commerciale plutôt que politique, Goering s’impose par son entregent et devient rapidement une figure du monde des affaires et de l’aéronautique, prélude à un retour en cour au sein du NSDAP. Passant sans difficultés du big business à la politique, la carrière de l’ex proscrit est lancée, au rythme des succès du parti nazi. Président du Reichstag, «hyperministre», grand veneur et maître des forêts, il est l’un des piliers de la conquête politique de Hitler. A côté de cela, l’homme reste une sorte de marginal au sein du NSDAP : comme le constate un journaliste, il est «le meilleur homme parmi les nazis», mi-chemise noire, mi smoking… un cas d’espèce ! Les chancelleries, abusées par le côté charmeur du personnage, voient en lui un «modéré», un type inédit de nazi raisonnable, accessible à la transaction ? Sa médiation désespérée, dans la crise de 1939, en témoigne, et à cet égard, F. Kersaudy sait éclairer les ambiguïtés de cet hitlérien fanatique, qui, certes, n’est pas exempt de lucidité, mais qui ne saurait penser contre son «führer». L’ambivalence faite homme ; ses interlocuteurs finissent par se méfier du personnage, parfois fantasque.

De plus, le pouvoir attirant le pouvoir, Goering se retrouve imbriqué dans la logique courtisane qui alimente la dynamique nazie, d’autant que, très sensible aux honneurs, charges, médailles, titres et colifichets, l’homme se laisse facilement corrompre. Sa gestion du pouvoir est autant guidée par cette vanité dévorante que par sa rivalité avec les Himmler, Röhm, Goebbels... La grande question que pose d’emblée F. Kersaudy, c’est de savoir comment ce révolutionnaire, qui – jusque dans les années 30 - joue à la politique plutôt qu’il ne la pratique, arrivé au pouvoir, devient un criminel ? Quelle fascination exerce Hitler sur un Goering plutôt pragmatique, à la psychologie ambivalente, pour l’engager dans le crime politique (à cet égard, le récit de la Nuit des Longs couteaux dévoile toute la sauvagerie – presque puérile – du personnage) et dans la décision irrationnelle ? Une question que cet ouvrage, très sensible à la dimension psychologique de la biographie, éclaire.

La carrière de Goering est donc celle d’un animal politique… mais un animal de compagnie. Passés les premiers crimes, les premières bassesses, les premières trahisons, l’homme surnage dans le marigot de la cour hitlérienne, accumule les honneurs, convoite pouvoirs et prébendes, construit ses réseaux, place ses hommes : un nazi à la mode de Saint-Simon. Avec une démesure dans tous les appétits : politiques (il cumule les fonctions et les responsabilités à l’Air, à l’Economie, tout en tâtant de la diplomatie… sans disposer des compétences adéquates… et donc passe maître dans l’art de la délégation jalouse – cf. son conflit avec son secrétaire d’Etat à l’Air, Milch), architecturaux, artistiques, culinaires, vestimentaires… Une intelligence manœuvrière incontestable au service d’un ego démesuré et d’une fascination infantilisante pour Hitler. Et jouisseur avec cela, esthète : Goebbels voit en lui une sorte d’antithèse, quand ses interlocuteurs notent le contraste entre la silhouette lourde et l’énergie permanente. Toutefois, la guerre et ses responsabilités (qui finissent par lasser un Goering désabusé), la défaite et le procès final vont assécher cet ogre et dévoiler ses limites.

En effet, Goering n’est ni Rathenau, ni Luddendorff : en charge de la planification économique de la guerre, comme de la stratégie aérienne, il s’avère plus activiste que compétent (ainsi l’évacuation de la poche de Dunkerque est en partie le résultat d’un mauvais calcul de sa part, de même que l’invasion risquée de la Crète) et – quand bien même il est parfois lucide (notamment dans la campagne russe) -, il n’ose s’opposer aux lubies de son maître. Vue sous cet angle, la bataille d’Angleterre devient un conflit entre fantasmes et réalités, avec, en toile de fond, un État nazi au fonctionnement institutionnel chaotique, une cacophonie administrative où les conflits de compétence (et d’incompétence) prospèrent. A partir de l’exemple de la Luftwaffe en guerre, on décèle les incohérences du pouvoir, les limites des chefs (le cas du général Ernst Udet est éclairant) et le poids réel de la bureaucratie. A cet égard, cette biographie vient s’ajouter à l’épais dossier consacré au fonctionnement de l’État nazi et à son naufrage final.

Dans cette biographie très réussie, François Kersaudy réussit d’emblée un tour de force : transformer le récit très détaillé de la carrière de Goering en un véritable roman au bon sens du terme (il faut avouer que le personnage s’y prête), en évitant quelques pièges posés par Goering lui-même, qui ne craignait pas d’embellir la réalité (inventant des épisodes de guerre, ou des rencontres avec Mussolini dès 1924…). Par ailleurs, il n’est pas tombé dans l’écueil attendu qui consistait à faire, plutôt qu’une biographie de Goering, une nouvelle histoire du IIIe Reich : si les rapports entre Goering et Hitler sont bien développés, si les relations entre les hiérarques du parti sont largement mises en perspective, si les divers épisodes de la période sont relatés avec un luxe de détails, le personnage majeur reste Goering, dont la trajectoire structure l’ouvrage (jusqu’au choix des titres, très «aérien»). Second «personnage» de ce riche ouvrage, la Luftwaffe (qui passe en première ligne à partir de 1941, tandis que Goering frise la disgrâce) est également scrutée à la loupe, dans une évocation très stimulante de la stratégie du Reich (grandeur et décadence de la Blitzkrieg). Le récit de la campagne d’URSS est, à cet égard, tout simplement passionnant, et éclairant.

S’appuyant sur la masse de témoignages et d’études au sujet du IIIe Reich, plongeant lui-même dans les archives (allemandes, mais aussi anglaises, suédoises, américaines…), F. Kersaudy livre donc une biographie décisive, au style à la fois enlevé (à suivre, pas après pas, les péripéties de quelques épisodes connus, comme le putsch de la brasserie, la Nuit des Longs couteaux ou la crise de 1938, on peut saisir la tension du moment) et précis. L’appareil de notes et les nombreuses annexes complètent une information déjà riche.

A cet égard, l’ouvrage, passionnant, bien écrit, s’adresse tant à un public d’historiens qu’aux amateurs d’histoire du nazisme et de la guerre.


Gilles Ferragu
( Mis en ligne le 19/03/2013 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • De Gaulle et Roosevelt
       de François Kersaudy
  • Lord Mountbatten
       de François Kersaudy
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd