L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mardi 29 septembre 2020
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Poches  
 

L'Etat Sarko
Anne Lauvergeon   La Femme qui résiste
Seuil - Points 2013 /  6.70 € - 43.89 ffr. / 234 pages
ISBN : 978-2-7578-3228-8
FORMAT : 11,0 cm × 17,8 cm
Imprimer

Juin 2011 : Anne Lauvergeon apprend la fin de son mandat à la tête d’Areva tandis que les médias l’annoncent publiquement au même moment. La méthode Sarkozy est cavalière, mais pour cette femme, fidèle à elle-même, c’est l’opportunité de faire le bilan : ne pas être complice de ce qu’elle a vu et l’écrire.

Dans son livre, elle revient sur sa vie et l’entrée à l’Elysée. Les missions s’enchaînent ; Mitterrand apprécie son objectivité et sa loyauté, contre-pouvoir aux courtisans qui évoluent au rythme des élections. Après l’Elysée - et un bref passage chez Lazard où Edouard Stern  porte «la haine de lui-même en bandoulière» - elle est chez Alcatel quand Lionel Jospin lui propose de diriger la Cogema.

Avec les salariés, elle entreprend la fusion de Cogema, Framatome & FCI sous la holding Areva qui rachète à Alstom sa filiale T&D (2004) : l’entreprise prospère et dégage un CA de 5 milliards € en 2009. C’est alors que Nicolas Sarkozy décide de la revendre… à Alstom qui, sans moyens financiers, en revend une partie à Schneider Electric et l’autre à deux concurrents, ABB et Siemens. A son tour, Areva attise les convoitises de Bouygues et de «l’axe Guéant, Borloo, Roussely, Comolli, Djouhri. La machine étatique pour certains, l’entreprise et les contrats lucratifs pour d’autres». Henri Proglio, «entouré, bichonné, cocooné» se place - sans aucune compétence - mais avec l’aval du gouvernement, en interlocuteur unique de l’Afrique du Sud pour la négociation d’un nouvel EPR (interdiction pour le spécialiste Areva d’intervenir) : pas le moindre contrat en retour.

A. Lauvergeon s’oppose encore à N. Sarkozy sur l’accord de coopération nucléaire avec le Colonel Kadhafi (2007) après la libération des infirmières bulgares, sur absence de mise en compétition d’investisseurs pour Areva (les Qataris sont retenus d’office par l’Elysée) ou la mise en place de la commission Roussely, etc. Sa résistance engendre soties et «autres gracieusetés présidentielles qui ne sont que des zakouskis» au regard de ce qui l’attend sur fond de casting politique. La loi du clan s’impose : tous les guets-apens sont permis.

Anne Lauvergeon démontre clairement comment des intérêts particuliers s’imposent sur l’échiquier politique au détriment d’un Etat stratège qui développe et soutient les politiques industrielles. Dans ce pilotage à vue, les grandes entreprises deviennent des hochets aux mains du pouvoir. Un témoignage édifiant.


Marie-Claude Bernard
( Mis en ligne le 21/05/2013 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd