L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mercredi 8 avril 2020
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Poches  
 

L’Histoire croise les mémoires pour le meilleur
Sarah Farmer   Oradour, 10 juin 1944 - Arrêt sur mémoire
Perrin - Tempus 2007 /  8.50 € - 55.68 ffr. / 314 pages
ISBN : 978-2-262-02664-6
FORMAT : 11x18 cm

Première publication en mai 2004 (Perrin).

L’auteur du compte rendu : Rémi Luglia, professeur agrégé d’Histoire et interrogateur en deuxième année dans une classe préparatoire commerciale, est doctorant à Sciences-Po Paris où il mène une recherche sur l’histoire de la protection de la nature en France de 1854 à nos jours à travers le mouvement associatif.

Imprimer

On a longtemps nié que la mémoire puisse être un objet d’histoire. Le regretté Georges Duby est venu nous asséner la preuve du contraire avec son maître-ouvrage Le dimanche de Bouvines. A partir d’un récit événementiel, celui de la bataille de Bouvines qui a vu le 27 juillet 1214 Philippe-Auguste vaincre Ferrand comte de Flandre et Othon IV empereur du Saint-Empire, il s’est attaché à décrypter les différentes strates de construction d’une mémoire en grande partie nationale.

La somme que nous livre Sarah Farmer sur Oradour est de cette dimension. A partir des événements terribles de cette journée de juin, elle analyse la confection d’une mémoire et la construction d’un site. Le plan de cet ouvrage est clair et simple : le lecteur est invité à suivre une spirale chronologique ascendante qui met en lumière les différentes phases définies par l’auteur. L’écriture est précise, claire. Le langage est celui d’une historienne qui maîtrise parfaitement les méthodes et usages exigeants de sa discipline. On peut en prendre pour preuve les notes qui parsèment les paragraphes. Toujours précises et jamais superflues, elles identifient clairement les sources et apportent des compléments bienvenus. La bibliographie présente à la fin de l’ouvrage donne pleinement satisfaction en séparant les sources utilisées (inventaire fourni) et les livres de chercheurs. On peut regretter simplement que cette deuxième partie de la bibliographie ne soit pas commentée.

Sarah Farmer commence par nous présenter «le massacre». De manière concise mais précise et humaine, elle nous raconte les événements du 10 juin 1944 qui ont conduit un bourg du Limousin à être rayé de la carte : 642 femmes, enfants et hommes sont exécutés. L’auteur ne commet pas l’erreur de s’égarer dans la recherche d’une raison à ce crime : beaucoup de thèses, parfois très farfelues, ont été dites et écrites à ce sujet. Tel n’est pas le propos de S. Farmer. Par contre, elle contextualise ces événements en nous expliquant ce qu’était Oradour au début de la guerre, un gros bourg rural limousin.

Le deuxième chapitre s’intéresse à l’érection d’Oradour comme symbole de la France victime innocente de la barbarie nazie. Sarah Farmer décrit les événements qui ont suivi la destruction d’Oradour : annonce et connaissance du massacre, envoi de secours et d’autorités, utilisation par Vichy, la Résistance et la France Libre, diffusion de la nouvelle dans toute la France. Au-delà d’une simple description, elle analyse ces faits comme des tentatives par chacun de ces acteurs d’imposer sa propre vision des événements d’Oradour et donc une certaine mémoire. D’autre part, en les remettant dans le contexte de la Libération du territoire français mais aussi de l’action de la division SS «Das Reich», l’auteur démontre que le cas d’Oradour est loin d’être isolé (Tulle, Mouleydier, Mussidan, Dortan, La Bresse, Maillé ont aussi connu des représailles sanglantes) et explique pourquoi Oradour va être détaché du contexte historique et érigé en témoin du martyre national.

Dans son troisième chapitre, Sarah Farmer continue sa progression chronologique et retrace la constitution du village détruit d’Oradour en site de mémoire et la nécessité partagée par les survivants, réunis dans l’ANFM, et l’Etat de le conserver tel quel pour «entretenir le souvenir». L’auteur nous invite ensuite à parcourir le site mémorial et commente chacun des choix effectués. En 1953, événement majeur pour les survivants, se déroule le procès de Bordeaux qui juge des soldats SS allemands et alsaciens. Petit à petit, on voit s’opposer deux provinces françaises, le Limousin qui souhaite une condamnation exemplaire et l’Alsace qui vit le douloureux problème des «malgré-nous», ces Alsaciens enrôlés de force par l’armée allemande. Derrière ce débat se profile des récupérations politiques : nous sommes au plus fort de la Guerre Froide. Tout ceci est finement analysé par l’auteur. Enfin, aboutissement de la perspective chronologique, Sarah Farmer explore la renaissance de la vie dans le nouveau bourg d’Oradour, construit à quelques dizaines de mètres des ruines. Elle montre comment la mémoire des survivants et leur volonté de deuil va structurer longtemps la vie sociale et l’aspect du nouveau village.

Nous avons ici un livre passionnant et extrêmement documenté qui, au-delà des événements dramatiques du 10 juin 1944, nous donne une vision d’une amplitude inégalée sur ce drame et les constructions mentales qui en ont été faites jusqu’à nos jours.


Rémi Luglia
( Mis en ligne le 06/07/2007 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Larousse de la Seconde Guerre mondiale
       de Claude Quétel , Collectif
  • Atlas de la libération de la France
       de Stéphane Simonnet
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd