L'actualité du livre Mercredi 19 juin 2024
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Poches  
 

Fausse gauche ou vraie gauche ?
Laurent Joffrin   Histoire de la gauche caviar
Seuil - Points essais 2007 /  6.00 € - 39.3 ffr. / 208 pages
ISBN : 2-7578-0229-1
FORMAT : 11 x 18 cm

Première parution : Robert Laffont (avril 2006)
Imprimer

Dans cet essai intelligent, Laurent Joffrin, directeur de la rédaction du Nouvel Observateur, dresse un tableau salutaire d’une gauche mal aimée, dont l’existence semble expliquer pour certains les déboires électoraux des socialistes et le départ de l’électorat populaire traditionnel vers les extrêmes : la gauche caviar.

Cette gauche vilipendée, bouc émissaire des «nouveaux réactionnaires», est souvent décriée comme un groupe de privilégiés, de bourgeois qui, pour s’acheter une bonne conscience, ou se démarquer de leur milieu ambiant, se livrent à la «bien pensance» de salons, de dîners. Des riches qui se piquent de justice sociale, comme l’aristocrate se pique de bonnes œuvres, qui arborent une conscience politique comme un vêtement à la mode, pour mieux ensuite revenir à des réflexes de classe.

Ici comme ailleurs, la caricature est largement fausse, simplificatrice et surtout injuste. L’élite progressiste, dénomination «scientifique» de la gauche caviar, n’est pas qu’une gauche de façade, comme on pourrait le croire en la confondant avec une simple posture télégénique et politiquement correcte, si commune à notre époque. Elle est en réalité, lorsqu’on s’intéresse à sa longue tradition, la gauche la plus «efficace», celle qui a le plus contribué au progrès. C’est en effet dans la bourgeoisie, parfois dans la noblesse, que la gauche a trouvé les acteurs les plus importants du progrès social.

La raison en est simple si l'on raisonne par l’absurde, et elle pourrait accréditer certaines thèses radicales : qui est à même de changer les choses dans la société si ce n’est les classes dirigeantes, ou tout du moins les individus qui en émanent, suffisamment éduqués et introduits pour exercer le pouvoir ? De la même manière que le droit de vote des femmes a été proposé et défendu par des hommes, les classes populaires exclues des cénacles dirigeants n’ont d’autre choix que d’attendre que par une sorte de «miracle», certaines élites s’engagent dans leur défense.

Mais, c’est précisément ce genre de miracles, si souvent répétés, qui intéresse Laurent Joffrin. Les parcours individuels battent en brèche le déterminisme historique cher aux marxistes pour qui la lutte d’un représentant d’une classe sociale contre sa propre classe est peu concevable hors de la traîtrise. Or le propos de Joffrin est essentiellement de démontrer, par l’existence emblématique de cette curieuse gauche, l’inanité des thèses historiques et sociologiques de l’extrême gauche. L’individu n’est pas entièrement déterminé par une conscience de classe, mais par des convictions et l’influence des idées. Surtout quand on est socialement en position de bénéficier d’une influence si libératoire, pourrait-on rétorquer… N’empêche que les plus belles pages du progressisme ont été écrites, au moins depuis les Lumières, par des personnages qui ne devaient en attendre aucun bénéfice matériel. Laurent Joffrin nous rappelle les épisodes glorieux d’un Voltaire ultramondain engageant sa fortune et sa réputation pour réhabiliter un Calas accusé à tort du meurtre de son enfant pour un mobile religieux, les nobles libéraux de la Révolution se rangeant du côté des contempteurs de leur propres privilèges, d’un Keynes, dandy surdoué qui consacre toute son énergie d’intellectuel à élaborer la théorie économique progressiste la plus influente du XXème siècle, etc.

Le grand drame de cette élite progressiste est de s’être dénaturée dans les années 80, les années fric, justifiant la critique qui sous-tend la terminologie de «gauche caviar». Elle a perdu sa substance en sacrifiant aux dieux du capitalisme et de l’économie mondialisée, considérée comme une donnée inéluctable. Le peuple, qui était sa source de légitimité et son cap, est devenu pour elle l’entité obscure, un peu bestiale, aux réactions xénophobes et égoïstes, prompt à faire capoter toute tentative de réforme de la société et de restructuration de l’économie. Voilà donc les bobos, les anciens soixante-huitards, acquis à une philosophie libérale-libertaire, qui creuse l’écart avec la base populaire. Les nouveaux hérauts de l’élite progressiste ne sont plus les héros du peuple mais, à ses yeux, d’exaspérants donneurs de leçons, des moralistes peu sensibles à la détresse sociale et en tout cas sourds à son expression.

Ce que Laurent Joffrin appelle de ses vœux, c’est une «gauche caviar» capable de renouer avec son passé d’élite progressiste et de refonder cette alliance avec ce peuple de gauche qu’elle a si fortement contribué à créer. Le problème n’est pas tellement de savoir comment vit celui qui défend le peuple, mais s’il est vraiment capable de le défendre. En ce sens, le fond rejoint la forme. Le progrès n’a jamais été amené par une recherche d’authenticité et rarement par une volonté de rupture radicale avec l’ordre ancien. Voilà une leçon que Laurent Joffrin souhaite, on le sent bien, faire méditer à tout futur électeur de gauche tenté par les sirènes de l’extrémisme.


Guillaume Ruffat
( Mis en ligne le 22/01/2007 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Le Gouvernement invisible
       de Laurent Joffrin
  • Les Tabous de la gauche
       de Renaud Dély
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2024
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd