L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Samedi 19 septembre 2020
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Poches  
 

Une histoire de l'Afrique du Sud
Dominique Lapierre   Un arc-en-ciel dans la nuit
Pocket 2010 /  7,30 € - 47.82 ffr. / 400 pages
ISBN : 978-2-266-18994-1
FORMAT : 11cmx18cm

Première publication en mai 2008 (Robert Laffont)
Imprimer

Dominique Lapierre propose un récit sur l’Afrique du Sud, de sa naissance à l’accession à la présidence de l’icône Nelson Mandela. Plus de trois siècles de combats, de souffrances, de quêtes obsessionnelles, de massacres, d’horreurs, dans le terreau d’une ségrégation et d’une haine raciale sans précédent : l’Apartheid.

En 1652, le scorbut décime de nombreux équipages de la puissante Compagnie Hollandaise des Indes. Elle décide donc d’installer à la pointe de l’Afrique quelques plantations de légumes. Les bateaux feront ainsi une halte pour se fournir en vitamines C. Quelques familles sont envoyées dans ce qui n’est encore qu’un cap où la nature est luxuriante, peuplée d’animaux sauvages. Dans un contexte de propagande calviniste développant l’idée démagogique et dangereuse - «Sera à vous tout territoire que vous arpenterez de vos pas et, là sera votre frontière» -, les Boers fraîchement arrivés sur le continent africain ne tardent pas à sortir des potagers pour aller à la recherche de ce territoire promis pour un peuple élu.

Ainsi, les paysans blancs dont le courage n’a d’égal que leur volonté de s’installer et de prendre possession de terres, se confrontent rapidement à une réalité cinglante : les peuples noirs composés de diverses ethnies (Xhosas, Finjos, Zoulous, Tongas, Baritos…), eux-mêmes contraints à supporter leurs propres différences. Les combats sont inégaux et malgré la résistance des tribus, les Afrikaners s’imposent et créent un territoire. S’en suivent des massacres sans fin jusqu’à l’arrivée des anglais en 1795, qui marque les premiers conflits entre blancs.

Au fil des décennies, des compromis entre britanniques et Afrikaners permettent un partage des terres. Cette parcellisation instaure déjà une mis au rebut des noirs. Cette inégalité géographique est oppressante, seul un infime pourcentage de l’Afrique du Sud est octroyé aux Kaffirs alors qu’ils représentent 24 millions d’individus ; les blancs ne sont que 5 millions. La pauvreté qui s’installe dans ces premiers townships présage des colères et des haines à venir. Ce décalage s’accélère avec la découverte des gisements de diamants et d’or qui permettent un développement économique fulgurant.

Toutefois, la pensée calviniste s’est transmise de génération en génération. Les Afrikaners ne sont pas satisfaits de ce deal avec les Anglais. Leur obsession face au déséquilibre démographique entre la population blanche et la population noire renforce leur croyance d’être le peuple élu. L’Afrique du Sud appartient aux Afrikaners, par conséquent, les noirs doivent être maintenus dans des zones restreintes et être considérés comme des sous hommes. De cette idéologie largement alimentée par les fondements du nazisme d’Hitler, s’organise le parti des Nationalistes extrémistes blancs, qui gagne le pouvoir en 1948.

A compter de cette période, la dictature mise en place et tolérée par la population blanche locale mais aussi par le monde, autorise par des lois absurdes les plus intolérables humiliations et d’effroyables barbaries. Cette partie du récit est celle qui interpelle le plus le lecteur tout simplement par sa proximité contemporaine. L’Apartheid n’a été aboli qu’en 1994 ; des populations, qu’elles soient blanches ou noires, ne peuvent sortir indemnes et furtivement de tels massacres idéologiques et profondément réels.

Le travail de Dominique Lapierre est riche, passionnant. Malheureusement, le ton parfois désinvolte, badin, les digressions romancées de certains passages gâchent les méticuleuses recherches. Inscrire ce récit dans l’évolution de l’esclavage et du commerce négrier aurait peut-être été intéressant. A mettre malgré tout entre toutes les mains pour la sincérité et la profonde volonté de transmettre et de témoigner.


Frédéric Bargeon
( Mis en ligne le 27/04/2010 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Il était minuit cinq à Bhopal
       de Dominique Lapierre , Javier Moro
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd